/news/coronavirus

Déconfinement: la réouverture des salles de spectacle accueillie tièdement

Les salles de spectacles devront respecter diverses mesures sanitaires, en plus de combler seulement 50 % des sièges disponibles.

Photo d’archives, Martin Chevalier

Les salles de spectacles devront respecter diverses mesures sanitaires, en plus de combler seulement 50 % des sièges disponibles.

Même s’ils ont reçu mardi le feu vert pour rouvrir le 7 février à 50 % de leur capacité, et jusqu’à un maximum de 500 spectateurs, les propriétaires de salles de spectacles ont accueilli la nouvelle avec plus de déception que d’enthousiasme. « Il n’y a personne qui est intéressé à faire des spectacles à demi-capacité, dit Michel Sabourin, du Club Soda. Ce n’est pas rentable. »

• À lire aussi: Sept choses à retenir du point de presse de François Legault

• À lire aussi: Québec y va «mollo» dans son déconfinement

Oubliez la date du 2 février, cette année, le jour de la marmotte a eu lieu le 25 janvier. Mardi, pour la troisième fois en moins de deux ans, le gouvernement Legault a annoncé une réouverture des salles de spectacles après un confinement de plusieurs semaines. 

Mince consolation : après avoir été fermées 176 jours consécutifs d’octobre 2020 à mars 2021, les salles ont cette fois-ci eu le feu vert pour rouvrir leurs portes après « à peine » un mois et demi de fermeture.

 Écoutez Marie-Claude Barrette au micro de Sophie Durocher sur QUB Radio:  

Mais malgré tout, cette annonce a été accueillie tièdement par le milieu. « On ne pourra pas ouvrir à 50 % de capacité pour les spectacles qui sont complets, dit Patrick Lévy, de l’Olympia. C’est impossible de programmer de nouveaux spectacles en une semaine pour les mois de février. On espère pouvoir obtenir la pleine capacité en mars et avril et avoir l’autorisation de faire des spectacles debout. »

« Plusieurs de nos membres nous ont mentionné que retourner à autre chose que des jauges pleines n’est plus envisageable, mentionne Julie-Anne Richard, directrice générale de l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles – RIDEAU. On souhaite que ce moment de jauge de 50 % et un maximum de 500 personnes dure le moins longtemps possible. »

Manque de confiance 

Au Vieux clocher de Magog, Bernard Y. Caza constate que ces nouvelles mesures seront un nouveau casse-tête pour les diffuseurs. « Il y aura des annulations en perspective et une reprogrammation pour la Xe fois à refaire. »

Chez evenko, qui gère notamment le Centre Bell et le MTelus, le programmateur Nick Farkas craint que ces mesures refroidissent les agents d’artistes internationaux. « Depuis le 18 décembre, on a reporté ou annulé 86 spectacles. J’ai beaucoup d’appels d’agents qui commencent à se questionner s’ils veulent venir ici ou plutôt attendre à la prochaine tournée. Il y a un manque de confiance envers le marché canadien en ce moment. C’est carrément difficile. Ça fait deux ans qu’on reporte des dates. »

De son côté, Michel Sabourin, du Club Soda, aurait souhaité que le gouvernement annonce mardi que les mesures de soutien d’urgence mises en place pour aider le milieu culturel soient prolongées au-delà du 31 mars. « S’ils avaient juste dit ça, le milieu aurait poussé un grand soupir de soulagement. »

– Avec la collaboration de Cédric Bélanger

Propos mitigés  

« On est toujours les premiers à être fermés et les derniers à rouvrir, alors qu’on a démontré qu’il n’y a pas eu d’éclosions. Pourquoi est-on considérés comme les plus dangereux ? Des fois, j’ai l’impression d’être un bandit. »

– Michel Sabourin, Club Soda

« Ce qui me fait peur, c’est qu’on a tellement reporté de spectacles dans les dernières semaines qu’on va commencer à perdre des tournées. Je passe la journée au téléphone à essayer de convaincre les agents à garder leurs dates pour les mois de mars et avril. »

– Nick Farkas, evenko

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.