/news/culture

Samian jouera dans deux productions autochtones

Samian

Photo Chantal Poirier

Samian

En étant de la distribution de la série Pour toi Flora et du film L’inhumain, Samian voit ses préoccupations d’une valorisation de l’identité et de la culture autochtones être enfin abordées de manière concrète. Des messages qui étaient « entendus, mais pas écoutés » que le rappeur affirme marteler depuis 15 ans.

Pour toi Flora, série écrite et réalisée par la cinéaste mohawk Sonia Bonspille Boileau, sera la première à traiter de l’horreur des pensionnats pour autochtones. 

On y suivra le sort de deux Anichinabés arrachés à leur famille par les Oblats dans les années 60. Samian y tient le rôle de Jean-Charles, le fils d’un survivant de ces pensionnats. 

Un personnage de dur – démontrant les dommages collatéraux intergénérationnels de ces horreurs – qu’on a offert au comédien de 38 ans originaire de Pikogan, petite communauté autochtone d’Abitibi-Témiscamingue.

« C’est génial qu’on soit rendu à des séries produites, réalisées, écrites et jouées par des autochtones, explique celui qu’on voit aussi en ce moment dans la série à suspense Aller Simple (en compagnie de Luc Picard, Caroline Dhavernas et Éric Bruneau). Au Québec, c’est un grand pas en avant. Il y a encore beaucoup de choses à dire et c’est quelque chose qui me tient beaucoup à cœur. »  

Cette série de six épisodes, dont le tournage est bouclé, sera diffusée en primeur sur TOU.TV EXTRA, puis sur ICI TÉLÉ au printemps 2022. 

Au cinéma  

Avec le même producteur, Jason Brennan, Samian a aussi décroché son premier rôle principal au grand écran. L’inhumain est le premier long métrage de ce réalisateur et producteur ayant grandi dans la communauté de Kitigan Zibi. 

« C’est une grosse responsabilité, confie Samian. J’incarne un neurochirurgien qui retourne dans sa communauté pour aller porter les cendres de son père. Tout cela va être habité par la légende du Windigo, l’esprit d’une légende autochtone. » 

Le plateau de ce thriller psychologique se baladant actuellement dans des festivals était entièrement autochtone. 

« Des projets comme ceux-là, c’est plus qu’essentiel. Ça va faire du bien de montrer que ça existe et que c’est possible pour les jeunes auteurs, réalisateurs, comédiens autochtones qui veulent travailler de le faire. »  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.