/news/coronavirus

Convoi de camionneurs : «Ce n’est pas un mouvement de colère», défend une partisane

Le «Convoi pour la liberté» prend de l’ampleur partout au pays, et des citoyens se joignent chaque jour aux camionneurs qui revendiquent contre leur obligation vaccinale. 

• À lire aussi: Convoi de camionneurs: une mobilisation qui divise

• À lire aussi: Convoi de camionneurs : Mélanie Joly ne veut pas d’un «6 janvier» canadien

Mélanie Lampron, entrepreneure forestière et conseillère municipale dans les Hautes-Laurentides est une de ces personnes qui joindront le convoi.

Elle partira de Mont-Laurier pour se rendre à Ottawa samedi. 

Pour Mme Lampron, le gouvernement est allé trop loin lorsque «Justin Trudeau a imposé la vaccination pour quitter le Canada.»

Dans les faits, le premier ministre n’a pas le pouvoir d’imposer la vaccination pour quitter le pays, mais deux doses du vaccin contre la COVID-19 sont toutefois nécessaires pour prendre l’avion, le train, ou le bateau à partir du Canada. 

Mélanie Lampron se définit comme étant pro-choix, et non comme une complotiste ou une anti-vaccin. Elle a cependant refusé de confirmer si elle était vaccinée ou non. 

Même si elle redoute les impacts que cette situation pourrait avoir sur la chaîne d’approvisionnement, Mme Lampron affirme que des retards sont déjà présents, mais que l’idéologie derrière le mouvement est plus importante. 

«La gestion de la crise est devenue plus politique que de santé publique. À un moment donné, il va falloir que les gens soient entendus et écoutés», croit-elle. 

Elle prône le fait que le pays doit apprendre à vivre avec le virus. 

Pas comme le Capitole  

Mélanie Lampron soutient que le but du convoi n’est pas de prendre d’assaut Ottawa, à l’image de la révolte du Capitole américain le 6 janvier 2021. 

«C’est familial, c’est des gens avec des enfants, c’est des gens qui ont de l’éducation. On ne parle pas d’attentat, on ne parle pas du Capitole», défend l’entrepreneure. 

«Ce n’est pas un mouvement de colère», estime-t-elle. 

Pour Mme Lampron, plusieurs camionneurs vont défendre leur gagne-pain.

Elle concède toutefois que l’objectif premier est de faire tomber l’obligation vaccinale des camionneurs. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.