/finance/homepage

Mattel pourra de nouveau vendre des poupées Elsa

Elsa et Cendrillon reviennent dans l’escarcelle du fabricant de Barbie : Mattel a annoncé mercredi avoir signé un accord avec Disney, lui permettant de vendre des produits issus des gammes «Princesse Disney» et «La Reine des neiges», récupérant ainsi des licences détenues par son rival Hasbro. 

L’action de Mattel, cotée au NASDAQ, grimpait de plus de 8 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street.

Le groupe californien derrière les poupées Barbie, les voitures miniatures Hot Wheels et les jouets Fisher-Price, avait perdu son partenariat avec Disney au profit de Hasbro en 2016.

Affecté par le dépôt de bilan du distributeur de jouets Toys «R» Us, Mattel traversait alors une période tourmentée, ayant vu se succéder pas moins de 4 directeurs généraux entre 2015 et 2018.

La nouvelle équipe dirigeante, qui compte à sa tête l’Israélo-Amériain Ynon Kreiz, est parvenue à stabiliser la situation financière du groupe et à renouer un accord exclusif avec l’empire de Donald et Mickey pour des franchises très populaires.

Les personnages des univers d’Aladdin, de La Belle et la Bête, de La Petite Sirène, de La Belle au bois dormant ou encore de Blanche Neige, font partie de la gamme «Princesse Disney». La franchise «La reine des neiges» est elle dédiée au royaume d’Elsa. 

«En tant que leader mondial des poupées, nous sommes impatients d’apporter la stratégie unique de Mattel pour la gestion des marques, l’expertise produit et marketing ainsi qu’une attention continue aux détails et à la qualité», a indiqué le directeur d’exploitation de Mattel, Richard Dickson, dans un communiqué.

Mattel n’a pas divulgué le montant de l’accord, mais a précisé que les nouvelles collections seraient en magasins à partir de début 2023. 

De son côté, Hasbro a annoncé avoir renoué son partenariat avec Disney pour commercialiser des produits issus de l’univers Star Wars et en avoir signé un nouveau pour fabriquer des jouets de la franchise Indiana Jones.

Son action reculait toutefois de près de 2 % à Wall Street.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.