/news/coronavirus

Pourquoi les gyms ne peuvent pas rouvrir encore?

L’ouverture prochaine des restaurants, des cinémas et des théâtres est difficile à avaler pour les amateurs de conditionnement physique, qui restent encore privés de leur gym pour une durée indéterminée

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Hôpitaux: la situation est toujours catastrophique

• À lire aussi: Assouplissements: une «claque au visage» des gyms et des spas

Les propriétaires de salles d’entraînement ont, comme pour les propriétaires de restaurants, investi beaucoup d’argent afin de sécuriser les équipements. Le port du masque était encore exigé dans plusieurs établissements, et les capacités maximales étaient réduites.

Comment se fait-il que les gyms ne puissent pas encore ouvrir?

Selon Diane Lamarre, analyste en santé de TVA Nouvelles, plusieurs différences existent concernant les interactions et la distanciation physique entre les gyms et les restaurants. 

«D’abord, la différence entre parler au restaurant au lieu de faire un effort physique où l’on expire plus. Si une personne infectée expire plus, elle va contaminer plus», explique Mme Lamarre. 

Écoutez l’entrevue de Karim El Hlimi, propriétaire et entraîneur du club Le Vestiaire 

Par ailleurs, seules quatre personnes (ou deux bulles familiales) peuvent manger ensemble au restaurant. 

«Pourquoi? Pour pouvoir retracer facilement les gens s’il y a une infection. Vous testez positif le lendemain de votre souper? Vous êtes capables de rappeler les trois autres personnes qui étaient avec vous. Vous êtes capable de cerner et d’isoler.»

Dans un gym, il est beaucoup plus difficile de retracer les personnes qui étaient présentes en même temps dans la salle d’entraînement. 

«On n’en connaît pas l’ensemble des gens que l’on côtoie», poursuit Mme Lamarre. 

De plus, selon une étude de l’Université Oxford, le risque de contagion lors d’un effort intense, malgré le port du masque lors d’un contact prolongé en groupe à l’intérieur avec une mauvaise ventilation est de 98%. Lorsqu’il y a des discussions sans effort intense, ni cri, ni chant, le risque est réduit à 24% seulement. 

Par ailleurs, Mme Lamarre soutient que ce n’est pas parce que des gens s’entraînent qu’ils ont nécessairement un meilleur système immunitaire et qu’ils sont protégés de la malade. 

«Actuellement, on a des gens jeunes à l’hôpital, des gens non vaccinés très souvent. Et même des vaccinés, on en a. Aux soins intensifs, dans les quatre derniers jours, c’est 41% des patients qui ont moins de 60 ans. C’est énorme!», soutient Diane Lamarre. 

«Ceci étant dit, il faudra déconfiner le plus r­­apidement possible, car ça fait partie du bien-être moral des gens, mais entre temps pour les adultes, je pense qu’on est capable de s’entraîner à l’extérieur», conclut-elle en appelant à la patience. 

***Voyez son segment complet dans la vidéo ci-dessus.***

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.