/news/law

Un jeune homme lié aux gangs de rue veut être libéré

Bloc justice

Photo Fotolia

Un jeune lié aux gangs de rue arrêté la semaine dernière pour une fusillade est prêt à porter un bracelet GPS pour recouvrer sa liberté dans l’attente de son procès, alors que la Couronne souhaite qu’il reste détenu. 

L’enquête-caution de Christian Bernadotte, âgé de 19 ans, s’est amorcée mercredi au palais de justice de Montréal. 

Il est accusé d’avoir déchargé une arme à feu sans se soucier de la vie ou de la sécurité d’autrui, le 22 mai 2021. Il est le complice de Hamza Adnane, 21 ans, lié au gang de rue STL, actif dans l’arrondissement de Saint-Léonard, selon nos informations. 

Plusieurs coups de feu ont été tirés à l’angle des rues des Angevins et de Lisieux, vers 20 h, sans faire de victime. Les suspects ont pris la fuite avant l’arrivée des policiers et avaient abandonné leur véhicule non loin.

Une sergente-détective de la police de Montréal est venue raconter mercredi l’enquête ayant permis l’arrestation de Bernadotte. 

Il aurait caché une arme

Pendant qu’il était suivi par une équipe de filature, le jeune homme a été vu sortir de chez lui et marcher vers un petit boisé, où il y est resté un court laps de temps. Peu après, les policiers lui ont passé les menottes.

« Un sergent-détective suit les traces dans la neige qui ont été faites par M. Bernadotte. Il voit au pied d’un arbre, un sac de plastique blanc. À l’intérieur se trouve une arme à feu chargée de quatre balles de 9 mm », a indiqué Annie Pothier. 

Des expertises afin de lier possiblement l’arme à des événements de violence se font toujours attendre, a-t-elle ajouté.

Plusieurs fusillades

La policière a tout de même expliqué au juge Pierre Dupras que l’arme qui a été utilisée le 22 mai aurait servi à trois occasions dans le quartier Saint-Michel. 

La première est survenue le 29 mai. Des coups de feu ont été tirés sur la porte d’une résidence de la 19e Avenue. La personne visée aurait reçu des menaces de mort de la part d’Adnane, alors que les deux font partie de gangs rivaux, selon la sergente-détective.

Puis le 11 juin, 10 coups de feu ont été tirés sur la façade d’une maison de la 24e Avenue.

Le lendemain, des détonations se sont fait entendre encore dans Saint-Michel, où cinq douilles ont été trouvées, toujours de la même arme.

Selon ce qui a été révélé à l’enquête sur remise en liberté, d’autres accusations devraient être déposées dans les prochains jours contre Bernadotte pour des vols de véhicule.

L’audience se poursuivra vendredi, alors que la défense fera entendre un expert en bracelet GPS, afin de suggérer le port d’un tel dispositif pour que le jeune homme soit libéré.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.