/finance/pme

L’optimisme des propriétaires de PME ne s’améliore pas, déplore la FCEI

Male entrepreneur using calculator and working at cash desk

Photo Adobe Stock

Le niveau de confiance des chefs de PME canadiennes est demeuré particulièrement bas en janvier, notamment en raison des difficultés d’approvisionnement, des restrictions sanitaires et des pénuries de main-d’œuvre, selon le baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). 

• À lire aussi: Deux entreprises sur trois réclament un allègement des mesures sanitaires

• À lire aussi: Retour en force des faillites en 2022

Les résultats de ce baromètre, publiés jeudi, viennent corroborer les analyses préliminaires que la FCEI avait dévoilées au début du mois. La Fédération estimait que ces données étaient «très inquiétantes» et dressaient le portrait d’entreprises «au bout du rouleau et [qui] ont accumulé d’énormes dettes».

Ainsi, l’indice de confiance sur trois mois a chuté à 36,9, tandis que l’indice sur 12 mois est tombé à 54,3.

«En plus des préoccupations générées par le rétablissement des restrictions et les pénuries de main-d’œuvre persistantes, bon nombre de PME signalent des problèmes d’approvisionnement», a noté la FCEI.

C’est du côté du secteur du commerce de détail que les perspectives des trois prochains mois sont les moins optimistes: l’indice s’y établit à 30,4, soit une baisse de 9 points depuis décembre 2021.

La confiance à court terme des secteurs de l’hébergement et de la restauration (32), des services personnels (39,3) et des services de santé et d’éducation (41,8) est également faible.

Le sondage de la FCEI révèle aussi que 23 % des PME prévoient des mises à pied au cours des trois prochains mois, alors que seulement 16 % sont en mode recrutement.

De plus, 29 % des répondants estiment que le manque d’intrants contribue à freiner leur croissance, alors que pour 23 % ce sont les contraintes de distribution. Selon la FCEI, le taux de stocks invendus est descendu à 58 % en janvier, contre 68 % en décembre.

«Les PME sont confrontées, depuis le milieu de l’année 2021, à des problèmes d’approvisionnement qui vont d’un manque de produits à une hausse des coûts des matières premières et d’autres intrants. Mais ce problème s’aggrave en ce moment et ne fait qu’accentuer les incertitudes auxquelles beaucoup de PME font face», a par ailleurs rappelé Andreea Bourgeois, directrice de l’économie à la FCEI.

Le sondage a été mené auprès de 1110 membres de la FCEI.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.