/news/world

Nouvel essai de la Corée du Nord, le 7e en moins d'un mois

La Corée du Nord a tiré dimanche un «projectile non identifié» dans la mer de l'Est, aussi appelée mer du Japon, selon l'armée sud-coréenne, effectuant ainsi son septième essai d'armement depuis le début du mois.

• À lire aussi: Corée du Nord: les États-Unis demandent une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

• À lire aussi: La Corée du Nord a «lancé un projectile non identifié», affirme l’armée sud-coréenne

La dernière fois que la Corée du Nord avait mené autant d'essais remonte à 2019, après l'échec de négociations entre le leader nord-coréen Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump.

Depuis, les pourparlers entre les deux pays sont dans l'impasse et l'économie nord-coréenne ploie sous le coup de sanctions internationales et de la fermeture des frontières que le pays s'est imposée pour se protéger de la COVID-19.

«La Corée du Nord a tiré un projectile non identifié en direction de la mer de l'Est», a indiqué l'état-major de Corée du Sud dans un communiqué.

Les garde-côtes japonais ont quant à eux déclaré avoir détecté le lancement d'un «possible missile balistique».

Depuis le début de l'année, Pyongyang s'est lancé dans une nouvelle série d'essais, y compris de missiles hypersoniques, qui fait suite à un discours du dirigeant Kim Jong Un en décembre, réaffirmant son engagement en faveur de la modernisation de l'armée.

Pyongyang a déjà mené deux essais cette semaine et a procédé à au moins quatre autres tests ce mois-ci, affirmant avoir notamment lancé des missiles hypersoniques les 5 et 11 janvier.

Vendredi, l'agence nord-coréenne KCNA a publié des images de M. Kim visitant une usine d'armement. Sur une de ces photos, on le voit rayonnant, portant son habituel long blouson de cuir noir à ceinture, entouré d'officiels en uniforme, dont le visage est flouté.

Les derniers essais ont suscité une condamnation internationale et une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations unies.

En représailles, Washington a également imposé de nouvelles sanctions, suscitant la colère de la Corée du Nord, qui a laissé entendre la semaine dernière qu'elle pourrait reprendre ses essais nucléaires et d'armes à longue portée en raison de la politique «hostile» des États-Unis.

Pyongyang n'a pas testé de missiles balistiques intercontinentaux ou d'armes nucléaires depuis 2017, et a continué à observer un moratoire même après l'enlisement du dialogue avec les États-Unis.

Ces essais nord-coréens interviennent dans une période délicate pour la région: la Chine, seul allié majeur du régime nord-coréen, accueille les Jeux olympiques d'hiver en février et la Corée du Sud tient une élection présidentielle en mars.

Pyongyang se prépare à célébrer le 80e anniversaire de la naissance du père de Kim, le défunt Kim Jong Il, en février, puis le 110e anniversaire de son grand-père, Kim Il Sung, le dirigeant fondateur du pays, en avril.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.