/news/world

Le sort d'un enfant bloqué dans un puits tient le Maroc en haleine

La nuit est tombée. Dans ce village du nord du Maroc, les secouristes marocains ont engagé une course contre la montre pour sauver un garçonnet de cinq ans bloqué dans un puits profond depuis plus de 48 heures, un drame qui tient le royaume en haleine, chacun espérant un prochain dénouement heureux. 

Les opérations de secours sur le terrain se sont encore intensifiées dans la soirée autour du puits, a constaté l'AFP.

Une équipe de topographes est désormais mobilisée et les pelleteuses continuent de déblayer laborieusement la voie, ayant atteint plus de 24 mètres - sur une profondeur de plus de 30 m - en fin d'après-midi, ont précisé à l'AFP les autorités locales.

AFP

Le petit garçon, Rayan, est tombé accidentellement mardi dans le puits asséché de 32 mètres de profondeur, étroit et difficile d'accès, creusé près de la résidence familiale dans un village non loin de la localité de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen (nord du Maroc). 

«Dans un moment d'inattention, le petit est tombé dans le puits que je réparais. Je n'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit», a témoigné le père de Rayan auprès du site d'information Le360.

AFP

Les secours ont pu acheminer «de l'eau et de l'oxygène par des tubes à Rayan», a précisé l'agence de presse MAP.

«Le sauvetage de l'enfant s'approche (...). Nos cœurs sont avec la famille et on prie Dieu pour qu'il retrouve ses proches au plus vite», a souhaité le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, à l'issue du conseil hebdomadaire du gouvernement.

Mobilisées depuis plus de 48 heures, les équipes de secours n'ont pas pu descendre directement dans le puits, car «son diamètre ne dépasse pas 45 centimètres», a déclaré Abdelhabi Temrani, responsable de l'opération de sauvetage, à la télévision publique Al Oula.

Les secouristes ont également pensé «à élargir le diamètre du puits, mais ce n'était pas possible à cause de la nature de la terre qui pouvait conduire à un éboulement», a détaillé de son côté le porte-parole de l'exécutif.

Seule solution: creuser autour du puits pour sauver l'enfant dont la survie a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux, jusqu'en Algérie voisine et pourtant rivale. 

Hakimi le Marocain et Mahrez l'Algérien

Les directs de plusieurs médias marocains sont suivis minute par minute par des centaines de milliers d'internautes, suspendus au sort de l'enfant.

Le hashtag #sauvezrayan (en arabe) figurait d'ailleurs toujours parmi les principales tendances de Twitter au Maroc en milieu de soirée.  

L'international marocain et vedette du PSG Achraf Hakimi a repartagé sur Instagram une illustration, accompagnée de deux émojis: le coeur brisé et les mains jointes de la prière. L'Algérien Riyad Mahrez, vedette de Manchester City, n'a pas été en reste, partageant sur Facebook une photo de Rayan doublée du hashtagh #Stay Strong (Reste Fort).

L'émotion est telle que les habitants de la région ont afflué «en grand nombre» sur les lieux du drame - assis patiemment autour du puits -, mais entravant parfois le labeur des équipes de secours. 

AFP

«Les secouristes travaillent dans des conditions très difficiles. On appelle les citoyens à les laisser travailler pour sauver cet enfant», a exhorté M. Baitas. 

Les autorités ont également mobilisé un hélicoptère sanitaire de la gendarmerie qui se tient prêt à évacuer Rayan vers un hôpital proche en cas de sauvetage, a rapporté la télévision publique 2M sur Twitter. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.