/news/coronavirus

COVID-19: la santé mentale des jeunes Québécois au plus mal

La pandémie n’a pas fait de cadeaux aux Québécois et encore moins aux jeunes de 12 à 25 ans, dont la santé mentale s’est considérablement effritée au cours de la dernière année, selon une nouvelle enquête de l’Université de Sherbrooke et du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie-CHUS.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Le Québec enregistre 31 décès supplémentaires

Au moins 50 % des jeunes interrogés de plus de 16 ans ont ainsi indiqué qu’ils présentaient des symptômes d’anxiété ou de dépression allant de modérés à sévères, d’après l’étude dévoilée mercredi.

Fait encore plus inquiétant, 25 % des jeunes sondés ont pensé qu’ils seraient mieux morts ou ont envisagé de se faire du mal. Un phénomène qui serait par ailleurs en hausse chez les cégépiens.

La consommation excessive d’alcool a également augmenté chez les jeunes Québécois, alors que le vapotage a connu une diminution.

Portant sur plusieurs thèmes comme la santé psychologique, l’attrait pour l’école ou encore la consommation de substances, l’enquête a démontré que la pandémie de COVID-19 a directement nui à la santé mentale, mais aussi physique, des jeunes.

«Les résultats démontrent que l’on doit porter une attention particulière à certains groupes de jeunes à plus haut risque. Par exemple, les jeunes ayant une autre identité de genre ou encore les jeunes vivant des périodes de transition comme le passage du secondaire au cégep», a souligné la Dre Mélissa Généreux, professeure à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke et médecin-conseil à la Direction Santé publique du CIUSSS de l’Estrie - CHUS.

Les jeunes ont mentionné qu’ils souhaitaient retrouver leurs activités, le sport et leurs contacts sociaux pour retrouver un semblant de normal dans leur quotidien.

«Dans notre analyse, nous pensons qu’il est aussi urgent d’outiller les parents pour qu’ils puissent déceler les signes de détresse chez leur enfant, tellement les chiffres sont préoccupants», a souligné la Dre Généreux.

Près de 33 000 jeunes de 106 établissements d’enseignement de l’Estrie, de la Mauricie, de la Montérégie, du Centre-du-Québec et des Laurentides ont répondu au sondage en ligne.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.