/finance/pme

Pénurie de main-d’œuvre: des travailleurs étrangers embauchés dans la région de Coaticook

La pénurie de main-d’œuvre cause plus que jamais des maux de tête aux entreprises de la région de Coaticook, en Estrie, qui doivent désormais recruter de la main-d’œuvre à l’étranger.

• À lire aussi: La pénurie de main-d’œuvre pousse des PME à refuser des contrats

Jamais le propriétaire de la laiterie de Coaticook n’aurait imaginé un jour devoir recruter à l’étranger.

Le fabricant de crème glacée et de fromage a beau offrir des salaires compétitifs, il ne parvient pas à combler ses besoins en effectifs. Il a donc été contraint de se tourner vers les Philippines pour y dénicher des travailleurs, dont cinq d’entre eux sont attendus dans les prochains mois.

Afin de pallier à cette pénurie, de plus en plus d’entreprises de la région doivent se tourner vers l’étranger.

Des fabricants de meubles, comme les industries de la Rive-Sud, vont ainsi bientôt accueillir une demi-douzaine de travailleurs mexicains. Malgré de multiples démarches, combler les quarts de travail de soir était devenu compliqué.

L’an dernier, les entreprises manufacturières de la MRC de Coaticook comptaient environ une dizaine de travailleurs temporaires étrangers. Cette année, ils seront plus de 70, sans compter les entreprises agricoles et maraichères qui emploient entre 300 et 400 travailleurs pour des périodes saisonnières de six à neuf mois.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.