/news/faitesladifference

Ma cabane à la maison: parce que la pandémie nous a fait mal

GEN-CABANES-A-SUCRE-EMBARGO

Geneviève Quessy/ AGENCE QMI

Nous sommes près de 50 érablières indépendantes à propulser le mouvement Ma cabane à la maison (MCALM). Nous sommes les héritiers d’une longue tradition. Chaque printemps, nous accueillons les Québécois dans nos cabanes à sucre pour célébrer le temps des sucres. Mais depuis deux ans, la pandémie nous fait la vie dure. Et si nos propres cabanes sont encore en activité, c’est en grande partie grâce à Ma cabane à la maison. 

L’idée derrière cette initiative est d’offrir des boîtes-repas pour que les Québécois puissent vivre l’expérience des sucres chez eux. En 2020, à la suite d’un cri du cœur lancé par Stéphanie Laurin de l’Association des salles de réception et érablières du Québec, Sylvain Arsenault de l’agence Prospek a répondu à l’appel en proposant un projet rassembleur. Ils ont uni leurs forces pour mettre sur pied cette initiative en 75 jours, sans aucune aide, ni garantie que leur concept serait un succès. Sans leur leadership, jamais ce projet n’aurait vu le jour.

Avec leurs équipes, ils ont créé un site Web, des boutiques en ligne indépendantes, un spectacle virtuel, une publicité télévisuelle, une campagne marketing à l’échelle du Québec et plus encore. 

Et tout cela nous appartient. 

En 2021, nous avons été touchés par la réponse des citoyens, qui ont acheté 110 000 boîtes-repas directement de nos cabanes à sucre par le biais de la plateforme de MCALM. À travers ce mouvement, ce sont nos recettes familiales, notre authenticité et l’identité de nos cabanes à sucre que les Québécois ont encouragées. 

Centaines d’emplois  

L’initiative nous a permis de préserver des centaines d’emplois, de faire travailler nos fournisseurs locaux et de générer des retombées de 11,5 millions de dollars dans les régions du Québec.

Mais au moment de lancer l’initiative, rappelons-le : nul ne pouvait prédire si les cabanes seraient ouvertes ou non et si les Québécois seraient au rendez-vous. Les deux cofondateurs ont pris tous les risques, finançant l’entièreté de l’opération. Ils ont trouvé des partenaires et des commanditaires pour couvrir les dépenses. 

Pour finir, nos frais de participation ont été pratiquement nuls.

Aujourd’hui, nous sommes sous le choc de voir le traitement qui est réservé à Stéphanie Laurin et à Sylvain Arsenault dans les médias et sur les réseaux sociaux. Certains critiquent le fait que la marque de commerce leur appartienne. Il est important de souligner que nous utilisons cette marque gratuitement et que tous les achats de boîtes gourmandes se font directement sur nos boutiques en ligne. Les propriétaires de la marque ne reçoivent aucune redevance de ces transactions. Il en sera ainsi aussi longtemps que nous le voudrons. 

Nous faisons partie de ce projet et nous sommes prêts à offrir une expérience de repas traditionnels réinventée. En ces temps particuliers, nous souhaitons offrir du bonheur aux Québécois. L’an dernier, la majorité des personnes qui ont commandé une boîte-repas ont affirmé vouloir rééditer l’expérience. Nous espérons sincèrement qu’ils le feront, car la solidarité a tellement bon goût ! 

Érablières signataires :

Au gré des saisons — Marylene Renaud

Au sentier de l’érable — Josée Majeau

Cabane à sucre aux Délices Des Sucres — Chez Rosa — David Fuoco

Cabane à sucre Bertrand — Marie-Claude Filion

Cabane à sucre Chabot — Mario Chabot 

Cabane à sucre La Martine — Martine Bernier

Cabane à sucre Lalande — Claude Charbonneau

Cabane à sucre Leclerc — Guy Tessier

Cabane à sucre Massicotte — Louis Massicotte et Julie Trudel

Cabane à sucre Osias — Catherine Mailhot

Cabane Dupuis — Josée Lanctot et Roxanne Ricard

Chalet des Érables (Cookshire) — Joanie Paquette

Chalet du Ruisseau — Sylvain Lahaie

Cité agricole — Julien Paris-Roy

Domaine de l’Ange-Gardien — Sylvain Leger

Domaine de l’Artisan — Michel Thibodeau

Domaine du Sucrier — Manon Shallow et Guy Berthiaume

Érablière au Rythme des temps — Josée Daigle

Érablière Au Toit Rouge — Marylin Boucher

Érablière Charbonneau — Mélanie Charbonneau & Alexandre Jourdain

Érablière D’Astous — Guillaume D’astous

Érablière de Chelsea — Nathalie Martin

Érablière des ponts couverts — Marianne Filion, Nathalie St-Jean, Luc Filion, Michael 

Érablière du Village — Maximilien Leblanc-Bolâtre

Érablière J.B.Caron — Frédéric Carle

Érablière l’Autre Versant — Hélène Belley

Érablière La Goudrelle — Luc Gingras (suite à la prochaine page)

Érablière la Grillade — Pierre Gingras

Érablière Martin — Geneviève Boisvert

Érablière Maurice Jeannotte — France Jeannotte

Érablière Nathalie Lemieux — Nathalie Lemieux

Érablière St-Germain — Véronique Lortie-Bourgeois

Érablière St-Henri — Marie-Claire Pinglot

Guénette, Yan Desharnais 

L’érablière aux Quatre vents — Marie-Eve Plouffe

La cabane à pomme à l’érable — Nathalie Labonté

La cabane du coureur (Plaisirs de l’érable) — Marc-Antoine Dionne

La P’tite cabane d’la côte —Les rondins — Simon Bernard

La Rose au bois — Roseline Brisson

Le Bistreau d’érable — Noémie Gautreau-Régnier

Les Boisés d’Amélie — Fabiola Toupin

Relais des Pins — Anne Lachance

Sucrerie Blouin — Julie Blouin

Sucrerie de la Montagne — Pierre Faucher

Sucrerie des Gallant — Linda Gallant

Sucrerie du Terroir — Guy Marcotte

Sucrerie Lavigne — Marie-Pier Lavigne

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.