/news/law

Un jeune chauffard qui a causé un accident à 200 km/h risque un an de taule

La voiture grise que conduisait Cédric St-Jean (en mortaise) le 8 août 2020 lors de son accident à 200 km/h est une perte totale.

Capture d'écran, TVA Nouvelle et photo tirée du Facebook de Cedric St-Jean

La voiture grise que conduisait Cédric St-Jean (en mortaise) le 8 août 2020 lors de son accident à 200 km/h est une perte totale.

Un jeune chauffard qui a cru bon de filmer ses amis blessés, après avoir causé une violente collision à 200 km/h dans les Laurentides en 2020, risque d’aller réfléchir pendant plus d’un an en prison.

« On considère qu’une peine d’incarcération est de mise dans le dossier », a lancé aujourd'hui le procureur de la Couronne, Cédrik Valiquette, lors des observations sur la peine à infliger à Cédric St-Jean, 20 ans, au palais de justice de Saint-Jérôme.

« Il y a une surreprésentation des jeunes dans cette catégorie d’infractions. Il ne faut pas écarter le message qui est lancé aux autres contrevenants », a-t-il poursuivi.

Le jeune homme a plaidé coupable à deux accusations de conduite dangereuse ayant causé des lésions, pour un accident dont il a été responsable, le 8 août 2020.

Ce jour-là, St-Jean, qui n’avait qu’un permis probatoire, a emprunté la route 340 avec deux amis d’âge mineur à bord.

Sa voiture, une Hyundai Sonata grise, n’était ni en règle ni en état de circuler. Elle présentait des problèmes de freins et de pneus.

Encouragé par un ami qui filmait, l’apprenti conducteur a fait grimper l’aiguille de vitesse à 200 km/h au cadran indicateur.

C’est alors qu’un Ford F350 s’est engagé sur la voie à une centaine de mètres devant, à la hauteur de Brownsburg-Chatham.

Sur Snapchat 

Incapable de l’éviter, St-Jean a percuté le camion de plein fouet, alors qu’un passager qui ne portait pas la ceinture de sécurité lui criait : « FREINE ! FREINE ! »

Plutôt que de s’enquérir de l’état de ses amis blessés au sol, le jeune homme a plutôt filmé la scène et l’a publiée sur le réseau social Snapchat. Il s’est défendu aujourd'hui en disant avoir agi ainsi pour montrer à sa copine la gravité de l’accident, étant trop ébranlé pour parler.

Le résident de Lachute a avoué que ce n’était pas la première fois qu’il effectuait de grands excès de vitesse de la sorte.

« J’ai réalisé comment mon geste était cave. J’ai pas réfléchi pantoute avant d’agir, aucune des fois que j’ai conduit à cette vitesse-là », a témoigné St-Jean, s’excusant du coup auprès de ses victimes.

L’une d’elles a subi des blessures qui l’ont « hypothéquée » à vie. L’autre conducteur s’en est mieux sorti, sans blessure.

La poursuite a suggéré une peine de 12 à 15 mois de détention, et une interdiction de conduire de 30 mois. La défense a soutenu qu’une amende, une probation et une longue interdiction de conduire suffiraient.

– Avec Christian Plouffe


♦ Le tribunal devrait trancher en avril prochain.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.