/news/world/guerre-en-ukraine

L’Union européenne annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

Consultez notre dossier complet sur l'invasion russe en Ukraine 

L’étau se resserre sur la Russie alors que l’UE met en place de nouvelles mesures pour contrer l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe. 

• À lire aussi: EN DIRECT | La violence se poursuit en Ukraine

• À lire aussi: L'Ukraine veut «essayer» de négocier avec les Russes, sans «trop» y croire

• À lire aussi: Ukraine : le délégué russe d’une conférence de l’ONU sur le climat présente des excuses

L'UE a annoncé dimanche qu'elle allait financer la livraison d'armes à l'Ukraine en réaction à l'invasion russe, une première pour l'Union, et interdire de diffusion les médias d'État russes Russia Today et Sputnik, accusés de «désinformation».

«Pour la première fois, l'UE va financer l'achat et la livraison d'armements et d'autres équipements à un pays victime d'une guerre. C'est un tournant historique», a souligné la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans une allocution en ligne.

Bruxelles va proposer aux Vingt-Sept d'utiliser une ligne de financement d'urgence de l'UE «pour fournir aux forces ukrainiennes des armes létales, ainsi que du carburant, des équipements de protection et des fournitures médicales», a précisé à ses côtés le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

En pratique, les ministres européens des Affaires étrangères, réunis dimanche soir en visioconférence, vont examiner la possibilité d'utiliser la «Facilité européenne de paix», un instrument financier hors du budget commun de l'UE et doté de cinq milliards d'euros.

Ce fonds permettrait de «rembourser les États membres qui ont prélevé sur leurs stocks d'armements nationaux et de donner un +chapeau européen+ à ces livraisons d'armes» déjà décidées par chaque gouvernement de façon isolée, a expliqué un responsable européen.

La décision «mettra fin au tabou voulant que l'Union ne fournisse pas d'armes à des belligérants (...) Nous vivons des événements sans précédent, et nous sommes au pied du mur», a expliqué M. Borrell.

De nombreux pays européens ont annoncé des livraisons d'armes à l'Ukraine (missiles, lance-roquettes, mitrailleuses...) comme la France, les Pays-Bas, la Pologne, et la République tchèque.

L'Allemagne et la Suède ont annoncé ce weekend rompre avec leur politique d'interdiction de toute exportation d'armes létales en zone de conflit, en autorisant également la fourniture d'armements à l'Ukraine. Berlin faisait face aux vives critiques de Kiev, de Varsovie et des États baltes.

S'exprimant juste après une réunion à Bruxelles des ministres européens de l'Intérieur, et avant celle des ministres des Affaires étrangères, Mme von der Leyen a également annoncé un durcissement des sanctions contre la Russie.

«Nous allons interdire dans l'UE la machine médiatique du Kremlin. Les médias d'État Russia Today (RT) et Sputnik, ainsi que leurs filiales, ne pourront plus diffuser leurs mensonges pour justifier la guerre de Poutine et pour semer la division dans notre Union», a souligné la cheffe de l'exécutif européen.

La présidente de RT France, Xenia Fedorova, a vivement réagi dénonçant «une censure» et une atteinte «aux principes mêmes de la liberté d'expression».

RT France (176 salariés, dont 100 journalistes) a averti, dans un communiqué, qu'il «défendrait ses droits» et contesterait cette décision devant la justice.

Au niveau mondial, «aucun employé dans aucun pays (...) ne sera licencié. Nous savons comment faire notre travail dans un environnement d'interdictions», a assuré de son côté la patronne du groupe RT, Margarita Simonian.

L'UE a également annoncé la fermeture de son espace aérien à tous les avions russes, y compris les «jets privés des oligarques», alors que de très nombreux pays européens avaient déjà annoncé ce weekend prendre une mesure semblable au niveau national.

«Nous proposons (aux Vingt-Sept) d'interdire tous les avions appartenant à des Russes, enregistrés en Russie ou contrôlés par des intérêts russes. Ils ne pourront plus atterrir, décoller ou survoler le territoire de l'UE», a indiqué Ursula von der Leyen.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.