/news/society

L’alcool ferait fondre la taille du cerveau

Consommer de l’alcool régulièrement, même en petite quantité, ferait diminuer la taille du cerveau, ont conclu des chercheurs américains dans une étude publiée la semaine dernière. 

• À lire aussi: La consommation d’alcool est en hausse chez les jeunes depuis le début de la pandémie

S’il est bien connu depuis longtemps que la consommation de grandes quantités d’alcool peut réduire la quantité de matière grise et blanche que l’on retrouve dans nos boîtes crâniennes, des scientifiques de l’Université de Pennsylvanie sont parvenus à démontrer que cette corrélation existe aussi même pour les petits buveurs.

Ainsi, en moyenne, pour un adulte de 50 ans, la consommation de deux unités d’alcool par jour – l’équivalent d’une pinte de bière pinte – sur une longue période de temps a pour effet de faire vieillir le cerveau de deux ans de plus que pour quelqu’un qui se limite à une unité d’alcool par jour.

Les gens de 50 ans qui consomment trois unités d’alcool par jour, eux, présentaient un cerveau 3,5 fois plus âgé en moyenne.

Pour observer ces changements, les chercheurs ont basé leur analyse sur l’étude de 36 000 personnes, en criblant leurs habitudes en matière d’alcool et la taille de leur cerveau, mesurée à l’aide d’examen d’imagerie par résonance magnétique.

«Avoir cet éventail de données, c’est comme avoir un microscope ou un télescope avec une lentille plus puissante», a imagé l’un des auteurs, Gideon Nave, dans un article de l’Université de Pennsylvanie portant sur l’étude.

«Nos découvertes contrastent avec les recommandations scientifiques et du gouvernement sur les limites de consommation», a noté dans un article de l’Université de Pennsylvanie un autre des chercheurs, Henry Kranzler, qui dirige le centre d’études des dépendances de l’école de médecine de Penn’s Perelman.

Le gouvernement américain recommande de ne pas dépasser une consommation par jour pour les femmes et deux pour les hommes, des quantités qui suffisent déjà à endommager le cerveau selon les résultats des chercheurs.

L’étude a été publiée dans la revue «Nature Communications» vendredi.

Écoutez l'entrevue de Sophie Durocher avec Geneviève Desautels sur QUB radio :  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.