/finance/homepage

Un oligarque au cœur de la guerre contre Hydro dans le Maine

Une des demeures de Len Blavatnik (en mortaise), dans le Lower East Side, un quartier huppé de Manhattan. Il l’a acquise pour 90 M$ US en 2018.

Photos AFP

Une des demeures de Len Blavatnik (en mortaise), dans le Lower East Side, un quartier huppé de Manhattan. Il l’a acquise pour 90 M$ US en 2018.

Dans son combat en vue d’acheminer son électricité propre au Massachusetts, Hydro-Québec a dû affronter plusieurs opposants, dont un milliardaire réputé proche de Vladimir Poutine qui est actionnaire d’un gros joueur de l’industrie gazière.  

Hydro-Québec a perdu la bataille en novembre dernier. En effet, lors d’un référendum, 59 % des votants du Maine ont dit non au projet New England Clean Energy Connect (NECEC), une ligne de transport d’électricité qui devait passer par le territoire de l’État. 

 • À lire aussi: Sur la piste des oligarques russes

• À lire aussi: Washington impose de nouvelles sanctions à des oligarques russes

Le NECEC aurait permis à la société d’État d’exporter 9,45 térawattheures par année vers le Massachusetts et de dégager 10 milliards $ de revenus sur 20 ans. 

Hydro affrontait de très puissants adversaires. Calpine, le plus grand producteur d’électricité à partir de gaz naturel aux États-Unis, très présent en Nouvelle-Angleterre, a tout fait pour bloquer le projet. 

L’entreprise a financé un comité de citoyens, Mainers for Local Power et des groupes environnementaux, afin de mener la lutte contre Hydro.

Écoutez l'entrevue de la porte-parole d'Hydro-Québec, Lynn St-Laurent, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Écoutez la revue de l'actualité de Philippe-Vincent Foisy et Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio:

Oligarque proche de Weinstein  

Dans ce combat à mort, c’est finalement Calpine qui a remporté la victoire, tout comme l’un de ses actionnaires les plus importants, Access Industries, entreprise fondée par Len Blavatnik. 

Son nom est peu connu chez nous, mais il est un oligarque proche du dictateur Vladimir Poutine et du producteur déchu Harvey Weinstein. Il possède la 20e fortune mondiale, évaluée à 32 milliards $ US par le magazine Forbes.

Le cabinet de relations publiques représentant l’entreprise de M. Blavatnik nous a indiqué qu’il n’avait pas de liens personnel, politique ou d’affaires avec Vladimir Poutine.

Blavatnik a fait fortune après la chute de l’Union soviétique amassant plusieurs actifs dans le domaine du pétrole et de l’aluminium. 

Dans une enquête du Daily Beast sur le milliardaire, Calpine a affirmé avoir « joué un rôle mineur » dans la victoire contre Hydro dans le Maine. 

Tactiques honteuses  

Sans commenter directement les actions et le rôle de l’oligarque Len Blavatnik, Hydro-Québec a dit trouver « extrêmement préoccupantes » les tactiques utilisées par l’industrie des combustibles fossiles . 

« En agissant ainsi, ils préservent la dépendance de la région aux énergies fossiles, font subir aux familles des explosions de coûts de l’énergie, comme ce fut le cas cet hiver. C’est honteux », a souligné Lynn St-Laurent, porte-parole de la société d’État.    

L’invasion russe de l’Ukraine a déstabilisé le secteur de l’énergie poussant les prix du gaz et du pétrole à un sommet, rappelant le choc pétrolier de 1973.  

Aussi un actionnaire canadien  

Un autre actionnaire de Calpine, l’Office d’investissement du Régime de pension du Canada, aussi appelé Investissement RPC, avait 900 millions de dollars dans l’entreprise en 2018. 

« Nous sommes actionnaires minoritaires dans Calpine. Nous ne sommes au courant de rien de spécifique concernant les propriétaires d’Access », a souligné Asher Levine, porte-parole du fonds de pension canadien.    

Len Blavatnik, un milliardaire très actif en politique  

On l’a vu poser avec plusieurs célébrités, à Cannes ou à Hollywood, avec Bill Clinton ou le prince William. Il est le patron de Warner Music depuis 2011 et a même été un proche du producteur Harvey Weinstein. Mais qui est Len Blavatnik, l’un des hommes les plus riches du monde ? 

Propriétaire et fondateur de l’entreprise Access Industries, Blavatnik est né à Odessa, actuellement en Ukraine, mais qui faisait partie de l’Union soviétique lors de sa naissance en 1957. 

Américain... et Britannique

En 1978, il émigre aux États-Unis. Il obtiendra ensuite une maîtrise de Columbia, un MBA à Harvard, et sa nationalité américaine. Il est également citoyen britannique et était considéré en 2015 comme l’homme le plus riche du Royaume-Uni. 

Selon plusieurs médias, Len Blavatnik ne se considère pas comme un oligarque et aurait souvent dit qu’il n’était pas un visiteur fréquent du Kremlin. 

Malgré tout, il est considéré par certains comme un proche de Vladimir Poutine et a fait fortune en achetant les industries privatisées lors de la chute de l’Union soviétique. 

Il se trouve aussi sur la liste de l’opposant au régime russe, l’ancien champion mondial d’échecs Gary Kasparov, qui l’a désigné comme un oligarque. 

En revanche, la figure la plus connue de l’opposition en Russie, Alexei Navalny ne le considère pas comme tel. « Il n’est pas un oligarque politique. Il n’achète pas de journaux ici, il n’intimide pas les journalistes, il n’est fondamentalement pas du tout impliqué avec Poutine », avait-il dit.

Trump et les Paradise Papers

Son entreprise Access Industries, est une société d’investissement dans le domaine des médias et du divertissement, dans l’immobilier et les ressources naturelles, notamment avec Calpine, opposant d’Hydro-Québec dans le Maine. 

Il est aussi actif dans le domaine politique, il a donné autant à Donald Trump qu’au candidat démocrate Pete Buttigieg.

Son nom a aussi été nommé lors de l’enquête Mueller sur l’intervention de la Russie lors de l’élection américaine de 2016. 

En 2017, son nom avait été nommé dans les révélations des Paradise Papers. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.