/finance/homepage

La majorité des PME sont inquiètes pour leur cybersécurité

Phishing, mobile phone hacker or cyber scam concept. Password and login pass code in smartphone. Online security threat and fraud. Female scammer with cellphone and laptop. Bank account security.

Photo Adobe Stock

Pas moins de 72 % des propriétaires de PME canadiennes n’ont jamais été aussi inquiets qu'aujourd'hui du risque de cyberattaques, selon un sondage mené par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) et de Mastercard.

Les données dévoilées lundi révèlent que 24 % des PME interrogées ont fait l'objet d'un plus grand nombre de tentatives de cyberattaques au cours des 12 derniers mois.

«Ces deux dernières années, de très nombreuses PME se sont davantage tournées vers les ventes en ligne. C'est un moyen qui présente beaucoup d'atouts, mais aussi de nouveaux risques. Face à cette nouvelle réalité, il est essentiel que les PME puissent être bien protégées», a affirmé Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la FCEI.

Selon le sondage, 8 % des répondants ont été victimes d'une cyberattaque durant les 12 derniers mois. En moyenne, les PME ont perdu 26 000 $, en incluant le facteur temps.

Certains propriétaires de PME ont indiqué avoir perdu jusqu'à 500 000 $ et d'autres disent avoir subi des préjudices importants.

Les cyberattaques comprennent les tentatives de porter atteinte au système informatique d'une entreprise ainsi que le vol par Internet d'argent, de renseignements bancaires ou de données clients.

Une formation sur la cybersécurité

Le coup de sonde montre par ailleurs que la majorité des PME 60 % prévoient renforcer leurs mesures de cybersécurité au cours de l’année à venir.

La FCEI et Mastercard ont indiqué avoir élaboré un programme de formation en ligne sur la cybersécurité pour les propriétaires de PME. Ces formations porteront notamment sur la prévention contre les rançongiciels et les cyberattaques ainsi que sur les moyens de reconnaître la fraude, d'identifier et de prévenir les attaques d'ingénierie sociale.

«Nous sommes ravis de ce partenariat parce que la cybersécurité peut paraître compliquée, mais elle n'a pas besoin de l'être. Notre sondage montre qu'un chef de PME sur deux ne sait pas par où commencer pour mieux protéger son entreprise contre les cyberattaques», a précisé M. Guénette.

Le sondage mené en ligne a généré 2858 réponses parmi les membres de la FCEI, du 8 au 15 mars 2022.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.