/news/politics

Le maire de Trois-Rivières est ravi de la venue des Alouettes

La décision de tenir des Alouettes de Montréal de tenir leur camp d'entraînement à Trois-Rivières s'inscrit dans la volonté de l'équipe de devenir l'équipe du Québec. C’est une décision qui ravit le maire Jean Lamarche, qui a toujours voulu développer le tourisme sportif dans sa ville.

• À lire aussi: Fonds publics dans le baseball: pas question!

• À lire aussi: Calvillo serait de retour avec les Alouettes

Le président des Moineaux, Mario Cecchini, n’a pas caché que cet exercice pourrait être répété lors des prochaines années, que ce soit à Trois-Rivières ou ailleurs au Québec. À Trois-Rivières, la tenue du camp viendra bonifier le portfolio de la ville en prévision d'obtenir les Jeux du Québec de 2025.

«Les succès, on doit les accumuler. On veut que ce soit une expérience incroyable. On a, devant nous, les Jeux du Québec. Notre ville a une tradition de football. Dans les années 1950-1960, il y a eu les Braves de Trois-Rivières, ensuite les Diablos. On a eu des grands de ce sport, je pense à Pierre Vercheval, Jacques Dussault et plusieurs joueurs ont passé par Trois-Rivières avant d'atteindre d'autres sommets sportifs», a précisé le maire Lamarche lors d’une conférence de presse tenue au Cégep de Trois-Rivières, jeudi.

Comme Noël

Pour l’établissement scolaire, dont l'équipe est les Diablos, l'arrivée des Alouettes sera un atout, notamment pour la notoriété de son programme sportif.

«C'est comme Noël, ce sont nos grands frères qui viennent s'installer chez nous. Ça tire par le haut la motivation des Diablos, mais aussi de l'ensemble de nos équipes sportives. Si les Alouettes nous ont choisis, c'est qu'ils reconnaissent la qualité de nos installations», affirme Louis Gendron, le directeur général du Cégep de Trois-Rivières.

«Ce sont des gens de la mairie et [Innovation et Développement économique] Trois-Rivières qui nous ont approchés. Tout le monde ici a mis l'épaule à la roue. On est déjà en pleine préparation. On installera des vestiaires temporaires», a ajouté le dirigeant.

La liste de demandes et d’exigences des Alouettes était longue, mais la ville de la Mauricie répond à tous les critères.

«On a regardé les infrastructures de football, le terrain. On voulait des estrades accueillantes et un stationnement. Ensuite, il fallait des résidences à proximité pour loger les athlètes et de la nourriture. Les joueurs de lignes ne mangent pas de la même façon que les receveurs. Ça prenait un traiteur à la hauteur. On a un match à l'extérieur et l’aéroport peut accueillir notre 737. On pourra donc voler de Trois-Rivières à Hamilton», a expliqué M. Cecchini.

Les Alouettes seront à Trois-Rivières du 15 mai au 3 juin. Leur présence sera quasi quotidienne sur le terrain. Tous les entraînements seront ouverts au public et l'accès sera gratuit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.