/finance/homepage

Deux oursons qui valent leur pesant d’or

Kraft a pris par surprise les consommateurs cette semaine en annonçant le départ à la retraite de ses deux oursons. L’entreprise alimentaire a toutefois annoncé vendredi que tout ça n’était qu’un poisson d’avril.

• À lire aussi: Poisson d'avril: les oursons Kraft ne prennent pas leur retraite

• À lire aussi: Le temps de la retraite pour les oursons Kraft

En entrevue à TVA Nouvelles, le professeur au Département de communications de l’Université d’Ottawa, Luc Dupont, a rappelé l’importance de ce duo de personnage pour la marque de beurre d’arachides.

À eux seuls, ils permettent à Kraft de se démarquer de la compétition et d’engranger des millions de dollars.

«C’est quoi la différence entre le beurre d’arachides sans nom, ou la marque maison, et le beurre d’arachides Kraft? Je vous donne dans le mille : ce sont essentiellement ces deux petits oursons-là. C’est aussi simple que ça», soutient Luc Dupont.

Ce dernier précise que si Kraft s’était départie des oursons, elle aurait du même coup perdu son identité et plusieurs consommateurs se seraient sans doute vers le beurre d’arachides le moins cher, plutôt que d’y aller avec celui dont le symbole est le plus connu.

«Pendant longtemps, on a cru que l’être humain était une créature rationnelle. Ce qu’on sait, en marketing, depuis des années, pour ne pas dire des décennies, c’est qu’on est essentiellement des créatures émotionnelles», affirme Luc Dupont.

Le professeur au Département de communications de l’Université d’Ottawa rappelle que dans une épicerie, on retrouve généralement entre 10 000 et 20 000 produits. Pourtant, le consommateur en ignore une grande partie et, finalement, ne voit véritablement que quelques dizaines d’entre eux. Et pour Luc Dupont, c’est le logo et l’image de marque qui font la différence entre un produit aperçu et un autre complètement ignoré.

Par ailleurs, l’expert en marketing ajoute que le poisson d’avril de Kraft représente un excellent coup de marketing.

En annonçant faussement le départ des oursons, Kraft a créé une interaction avec de nombreux internautes qui ont déclaré leur amour envers les deux mascottes.

«Ça a marché, parce qu’on en a parlé beaucoup dans les médias. Ça a été lancé sur les plateformes de réseaux sociaux, repris par les médias traditionnels. Tout ça, c’est une visibilité à bas prix», mentionne M. Dupont.

Pour voir l’entrevue complète, visionnez la vidéo ci-haut.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.