/news/politics

Vote par anticipation : les partis s’activent dans Marie-Victorin

C’est jour de vote par anticipation dimanche, dans la circonscription de Marie-Victorin, à Longueuil.

• À lire aussi: Marie-Victorin: la candidate de Québec solidaire positive à la COVID-19

• À lire aussi: Élection partielle dans Marie-Victorin: le vote par anticipation les 3 et 4 avril

• À lire aussi: Pierre Nantel a officiellement lancé sa campagne sous le signe du Parti Québécois

Les partis politiques font des pieds et des mains pour faire sortir le vote.

La cheffe du Parti libéral du Québec était présente à un rassemblement, en matinée, devant le bureau de circonscription. Sur place, elle a notamment promis d’abolir la taxe de bienvenue si les électeurs élisent un gouvernement libéral cet automne.

La CAQ est aussi déterminée à remporter cette circonscription. Le premier ministre a non seulement fait un appel automatisé aux électeurs, mais son très occupé ministre de la Santé s'est même déplacé pour rencontrer les citoyens de la circonscription.

«On ne lâche jamais, on ne prend jamais rien pour acquis. On a probablement la meilleure candidate pour venir nous aider, mais en même temps, on est batailleurs», a déclaré Christian Dubé.

La candidate de la CAQ, Shirley Dorismond était très reconnaissante du soutien venant de son parti. «En venant m'aider dans ma campagne, c'est comme s'ils m'embarquent tout de suite dans la grande famille», a-t-elle dit.

Du côté du candidat du Parti québécois, Pierre Nantel, il a avoué être heureux de voir que sa base militante était au rendez-vous.

«Ce qui m'émeut le plus, c'est de voir à quel point les gens sont mobilisés. Les bénévoles viennent ici, sont ailleurs en ligne, de chez eux, font des téléphones. C'est vraiment fantastique pour moi, je n’ai jamais connu ça», a-t-il confié.

Une élection déterminante pour le PQ

Selon le doctorant en science politique de l’Université Laval, Philippe Dubois, l’élection partielle dans Marie-Victorin sera particulièrement déterminante pour le Parti québécois.

Selon lui, c’est cette formation qui a le plus besoin d’une victoire le 11 avril.

«Sans cesse, depuis plusieurs années, mais encore plus depuis plusieurs mois, on remet en question non seulement son existence, mais sa capacité à survivre à la prochaine élection», explique M. Dubois.

Pour voir les explications complètes, visionnez la vidéo ci-haut.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.