/news/politics

Ottawa assouplit son programme de travailleurs étrangers

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough

Nombre illimité de postes à bas salaires dans la transformation, durée d’emploi de 180 à 270 jours par année, impact sur le marché du travail (EIMT) valide 18 mois... Ottawa a annoncé lundi matin de nouvelles mesures pour venir assouplir son programme de travailleurs étrangers.

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: des besoins criants dans le milieu agricole

• À lire aussi: Les commerces de détail frappés par la pénurie de main-d’œuvre

• À lire aussi: Québec n’a pas de limite d’accueil pour les réfugiés ukrainiens

«Alors que les besoins de la main-d’œuvre canadienne évoluent, nous adaptons le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET)», a indiqué la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, Carla Qualtrough.

Désormais, la durée d’emploi maximale des travailleurs dans les volets des postes à haut salaire et des talents mondiaux passera de deux à trois ans pour accéder plus facilement à la résidence permanente.

Seuil de 30%

Fin avril, certains secteurs touchés, comme les services d’hébergement et de restauration, pourront avoir 30 % de leur main-d’œuvre grâce au PTET.

De plus, Ottawa mettra fin à la politique voulant que l’on refuse d’office les demandes d’EIMT dans les régions où le taux de chômage atteint 6 % ou plus pour certaines professions.

Vous avez un scoop
à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse
jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au
1 800-63SCOOP.

Lundi, le Conseil du patronat a bien accueilli l’annonce d’Ottawa.

«Cela fera une grande différence sur le terrain», a souligné le CPQ.

«Par contre, avec l'été à nos portes, les entreprises auraient aimé pouvoir entamer leurs démarches à l'avance. De plus, les délais de traitement sont toujours un problème. Ils ajoutent du sable dans l'engrenage», a-t-on insisté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.