/news/politics

CHSLD Herron: la gestionnaire a appelé le 811 pour de l’aide

Complètement dépassée par la situation dramatique au CHSLD Herron, l’une des copropriétaires, Samantha Chowieri, a dû appeler le 811 parce que personne ne lui répondait au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal alors que la pandémie faisait rage au Québec, en mars 2020. 

• À lire aussi: CHSLD Herron: GND traite Legault de «lâche»

• À lire aussi: CHSLD Herron : «je ne peux pas croire qu’on va refaire les mêmes erreurs»

• À lire aussi: Décès en CHSLD: un courriel alarmant envoyé à Québec

La gestionnaire et son mari ont appelé deux fois à ce numéro normalement réservé au grand public afin d’obtenir du soutien, les 28 et 29 mars 2020. 

«Aujourd’hui ça déborde un peu avec les employés. Il y a quelques patients qu’on sent malades, on aurait besoin d’un coup de main», explique Mme Chowieri à l’infirmière au bout du fil. 

«Votre questionnement c’est quoi parce que moi, je fais juste du dépistage de COVID-19», lui répond l’infirmière. 

«On appelle tous les numéros de téléphone, tout le monde nous raccroche dessus, nous disent qu’ils ne peuvent pas nous aider! Nous ça nous a été dit d’appeler la santé publique et le CIUSSS si ça débordait. On n’a pas de numéro spécifique à appeler. On a besoin d’un soutien du CIUSSS, je ne sais pas s’il y a quelqu’un avec qui vous pourriez communiquer? On et un CHSLD et on a des usagers quand même à risque», insiste la gestionnaire de Herron, qui héberge 150 résidents. 

L’infirmière tente de comprendre : «on vous a dit que si ça se détériore de faire appel à la santé publique c’est ça?»

Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Me Paul Brunet sur QUB radio : 

«De faire appel au CIUSSS, à ce point-ci personne ne répond», déplore Mme Chowieri. 

Le lendemain c’est au tour de son conjoint de rappeler le 811. 

«Ils nous ont dit de vous appeler pour avoir du monde qui viennent faire du dépistage chez ici pour les résidents. On a au-dessus de 166 lits. On est à bout de souffle ici, j’ai un manque de staff, j’ai besoin de faire un dépistage, j’ai trois cas qui ont été confirmés», explique le conjoint. 

«Le CIUSSS nous a dit d’appeler votre numéro», ajoute-t-il. 

47 résidents étaient morts au CHSLD Herron au plus fort de la première vague de COVID-19 dans cet établissement privé dont la gestion avait été blâmée dans un rapport d’enquête. 

Écoutez l'entrevue de Geneviève Pettersen avec Me Patrick Martin-Ménard, avocat spécialisé en responsabilité civile médicale ayant représenté certaines familles du CHSLD Herron, sur QUB radio:  

Réponse du CIUSSS   

«Le CIUSSS n’entend pas faire davantage de commentaire en vue de respecter le processus d'enquête du coroner, et réaffirme sa volonté de collaborer avec elle pour faire la lumière sur les évènements du printemps 2020.

Dans la nuit du 29 au 30 mars 2020, le CIUSSS communique avec le sous-ministre afin de l’informer de sa présence sur les lieux du CHSLD Herron depuis plusieurs heures et que la situation alarmante constatée au CHSLD le 29 mars est alors sous contrôle, les résidents ayant été nourris, changés et mis au lit par l’équipe du CIUSSS. Les équipes du CIUSSS sont mobilisées afin de stabiliser la situation prévalant dans ce CHSLD. 

Au-delà de ce qui a été rapporté par les médias en regard de la mise sous tutelle du CHSLD Herron, dans les faits, le CIUSSS ODIM ne disposait toutefois pas de véritables pouvoirs d’intervention en cette date, aucun écrit officiel ou levier légal ne légitimant le CIUSSS à intervenir autrement qu’en mode soutien-accompagnement. À compter du 30 mars débute ainsi la période d’intervention du CIUSSS ODIM de soutien et d’accompagnement qui se poursuivra jusqu’à l’ordonnance de la directrice de la Santé publique de Montréal émise le 7 avril 2020. 

Malgré cette tentative d’accompagnement, les gestionnaires du CHSLD Herron minimisent la situation prévalant dans leur établissement et ne collaborent pas pleinement avec le CIUSSS. Une des propriétaires du CHSLD Herron écrit d’ailleurs au CIUSSS, le 30 mars en soirée, que « La situation s'est rapidement calmée suite aux appels que nous avons placés avec notre personnel et les agences, afin de leur expliquer la situation. Déjà ce matin, notre équipe est majoritairement de retour au travail. »  

Malgré cette affirmation, la situation s’avère tout autre. L’accès à l’information et aux équipements critiques pour le bien-être des résidents s’avèrent difficile. Notamment, le CIUSSS est confronté aux difficultés de connaître les horaires de travail et la liste des employés disponibles, alors que des employés du CHSLD se présentent peu ou pas, le tout obligeant le CIUSSS ODIM à intervenir en situation d’urgence au début de chaque quart de travail. Plusieurs témoins à l’enquête de la Coroner ont d’ailleurs rapporté que le CIUSSS recevait à chaque jour, parfois à peine 30 minutes avant un quart, des listes avec parfois uniquement le titre et le nombre d’employés, parfois le nom d’employés du CHSLD Herron (souvent uniquement les prénoms) qui ne correspondaient aucunement à la réalité, et que, dans les faits, très peu d’employés inscrits sur ces listes se présentaient pour leur quart de travail. Malgré tout, le CIUSSS déploie minimalement 105 de ses ressources entre le 30 mars et le 5 avril 2020.

Le CIUSSS a d’ailleurs produit, dans le cadre de l’enquête de la Coroner, des représentations publiques de plus de 55 pages détaillant plus exhaustivement son intervention auprès du CHSLD Herron et notamment les difficultés rencontrées lors de cette précédente période.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.