/finance/homepage

Le taux de chômage le plus bas jamais enregistré au Québec

L’emploi au Québec a augmenté de 0,6 % en mars et le taux de chômage a diminué de 0,4 point de pourcentage pour atteindre 4,1 %, soit le plus bas jamais enregistré, selon Statistique Canada.

Le nombre d’emplois à temps plein a continué de progresser dans la province, avec une augmentation de 0,7 % entre les mois de février et de mars 2022. Ce bond représente une hausse de 26 500 emplois.

Après une forte croissance le mois passé, les emplois à temps partiel ont seulement connu une hausse de 0,1 % en mars, soit 700 emplois de plus.

Le travail dans les services d’hébergement et de restauration a connu une progression, tout comme dans les domaines de l’administration publique et de l’enseignement. L’emploi a cependant diminué dans les services professionnels, scientifiques et techniques.

Rappelons que cette période correspond à celle de la levée de restrictions sanitaires, notamment l’obligation du passeport vaccinal et la fin des limites de capacité d’accueil dans certains établissements.

«La hausse du nombre de travailleurs est moins impressionnante qu’en février, qui a été marquée par le début des assouplissements des mesures sanitaires, mais les gains sont tout de même significatifs», a indiqué Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins.

«Les gains [d’emploi] à venir seront toutefois plus limités puisque l’effet de la récupération des mesures restrictives du début de l’hiver est terminé», a-t-elle ajouté.

Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, l’emploi a connu une hausse de 4 %, soit 90 000 emplois de plus par rapport au mois de mars 2021.

«Les hausses ont été les plus marquées dans le secteur de l’information, de la culture et des loisirs et dans celui des services professionnels, scientifiques et techniques», a précisé Statistique Canada.

Au Canada, l’emploi a augmenté de 0,4 % pour le mois de mars (+ 73 000). Le taux de chômage a enregistré son niveau le plus bas depuis 1976 en s’établissant à 5,3 % (-0,2 pt).

Ce «creux record» s’explique en partie par le taux d’activité qui est demeuré stable en mars, mais en dessous de la moyenne enregistrée avant la pandémie, selon Royce Mendes, directeur général et chef de la stratégie macroéconomique chez Desjardins.

«Le taux d’activité devrait toutefois continuer de se rétablir cette année, à moins qu’une autre vague de COVID‐19 ne contraigne les gens à rester de nouveau chez eux», a-t-il précisé.

Cette tendance pourrait toutefois créer une surchauffe du marché du travail, «ce qui pourrait créer des pressions inflationnistes non désirées», d’après l’économiste.

L’Ontario a vu son taux de chômage atteindre 5,3 % (-0,2 pt). L’emploi a également progressé dans la province la plus peuplée avec un bond de 0,5 % en mars. Même son de cloche pour la RMR de Toronto, où le travail a augmenté de 243 000, soit 7,3 % par rapport au mois de mars 2021.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.