/news/world

EN IMAGES | Les Français de Montréal font entendre leur voix

Le temps gris et la longue file d’attente autour du Palais des congrès n’ont pas découragé les Français de Montréal à venir déposer leur bulletin de vote, samedi, pour le premier tour des élections présidentielles françaises.

• À lire aussi: La France à l’aube d’un «véritable séisme politique»?

• À lire aussi: Duel serré Macron - Le Pen en perspective

• À lire aussi: La bataille se durcit entre Macron et Le Pen

Des personnes étaient même présentes depuis 7 h du matin, soit deux heures avant l’ouverture du vote, pour être sûres de ne pas revivre le cauchemar des dernières élections présidentielles en 2017.«On a fait quatre heures d’attente il y a cinq ans, donc on se dit qu’on est encore dans les temps», a témoigné en souriant Maëlle Amsellem, qui patientait déjà depuis plus d’une heure.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Si certains sont heureux de voir un engouement de leurs compatriotes pour cette élection, d’autres craignent que l’attente joue sur leur manque de motivation.

«J’ai des copains qui ne viennent pas voter parce que c’est trop long. Ça pourrait en décourager, c’est certain», a mentionné Jérôme Cucurou, qui venait pour la première fois voter dans la métropole.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le consulat de France à Montréal a pris toutes les dispositions pour éviter une trop longue attente, en choisissant un lieu avec une plus grande capacité d’accueil et en ajoutant plus d’une dizaine de bureaux de vote.

Mais les Français présents se sont armés de patience afin de faire valoir leur droit de vote, d’autant plus que leur intérêt pour la campagne électorale n’a pas diminué en se trouvant à l’étranger.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

L’écart dans les plus récents sondages s’était d’ailleurs resserré entre le président sortant Emmanuel Macron et la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, laissant présager un scénario qui pourrait être similaire à celui de 2017, avec les deux candidats au deuxième tour.

Le candidat de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, avait amorcé une progression dans les intentions de vote, se plaçant devant le candidat très controversé de l’extrême-droite, Éric Zemmour.

PHOTO COURTOISIE

Rappelons que les Français ont également le choix entre Valérie Pécresse (Les Républicains) et Anne Hidalgo (Parti socialiste), candidates des partis qui étaient les plus établis il y a encore quelques années, mais dont l’intérêt s’est terni dernièrement. En tout, 12 candidats sont en lice pour accéder au plus haut poste au pouvoir.

«C’est un peu l’élection de la dernière chance. Un des thèmes majeurs, c’est quand même l’environnement, et avec le dernier rapport du GIEC qui nous donne trois ans, c’est un peu maintenant ou jamais», a souligné Julia Fortin Moreau, une jeune femme de 27 ans.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Il y a pas mal de gens qui n’ont pas voté il y a cinq ans et qui sont là aujourd’hui. Ç’a un peu réveillé tout le monde tout ce qui s’est passé avec la COVID, et en ce moment l’Ukraine», a affirmé Mme Amsellem, qui vit à Montréal depuis une dizaine d’années.

Et le peu de campagne électorale menée par les candidats en France, par rapport aux autres années, n’a pas rendu le choix plus facile pour les électeurs.

«Même maintenant, je suis peut-être à 1 h 30 de pouvoir voter, je suis encore en train de décider, parce que cette année, il n’y a pas eu de grand débat officiel», a mentionné Maëlle Amsellem.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Les Français présents étaient tout de même tous d’accord sur un point: ils se devaient de faire leur devoir de citoyen pour le pays qui les a vus grandir.

«C’est un événement politique et social, l’ambiance est bonne et les gens sont heureux d’être là», a résumé Loïc Huyghues, à quelques minutes de déposer son bulletin de vote.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Les élections présidentielles françaises en bref 

- Le président de la République française est élu pour un mandat de cinq ans

- Les candidats qui souhaitent se présenter doivent avant tout réunir 500 parrainages d’élus

- Le président est élu au suffrage universel direct, c’est-à-dire à la majorité absolue des votes exprimés par les électeurs

- Si cette majorité n’est pas obtenue lors du premier tour du scrutin, un deuxième tour doit être tenu 14 jours plus tard

- Le vote a lieu le dimanche en France métropolitaine, mais se tient la veille pour les bureaux de vote à l’étranger

Les bureaux de vote du consulat de France à Montréal en chiffres 

- 67 132 Français inscrits au consulat de Montréal en 2022

- 39 bureaux de vote (contre 24 bureaux en 2017)

- 4000 procurations envoyées pour le 1er tour de l’élection

- Plus de 90 % des inscrits à ce consulat vivent à Montréal

- 40 % de taux de participation au 1er tour en 2017

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.