/news/world/guerre-en-ukraine

Manifestations prorusses controversées en Allemagne

Plusieurs rassemblements prorusses controversés se sont tenus ce week-end en Allemagne à l'initiative de l'importante communauté russophone du pays, qui s'estime victime de discriminations depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine.

• À lire aussi: Plus de 1200 corps découverts près de Kyïv jusqu'à présent

• À lire aussi: Un faux Zelensky fuit l’Ukraine avec l’aide des sosies de Vladimir Poutine et Kim Jong-un

• À lire aussi: EN DIRECT | 46e jour de guerre en Ukraine

Dimanche, environ 800 personnes brandissant une marée de drapeaux tricolores russes se sont réunies dans le centre de Francfort sous le mot d'ordre «contre la haine et le harcèlement», a constaté l'AFP.

600 personnes se sont aussi réunies au même moment à Hanovre, dans le nord du pays, à l'appel de membres de la communauté russophone, a indiqué la police locale à l'AFP. La veille des manifestations du même type s'étaient tenues à Lübeck, dans le nord, avec 150 participants, selon la police, ainsi qu'à Stuttgart.

À Francfort, les protestataires se sont d'abord retrouvés près du quartier des banques de la ville, sous la surveillance d'un important dispositif de police.

«Je suis venu ici car je suis pour la paix, des enfants sont frappés à l'école car ils parlent russe, ce n'est pas acceptable», affirme à l'AFP Ozan Yilmaz, 24 ans.

La manifestation prorusse s'est mise en mouvement pour gagner le principal cimetière de la ville et y déposer des fleurs devant les grilles en mémoire des soldats soviétiques tombés durant la Deuxième Guerre mondiale. En tête du cortège on pouvait lire une banderole : «Vérité et Diversité d'opinion plutôt que PROPAGANDE».

«Ce n'est pas cette année que la guerre a commencé, elle dure déjà depuis 2014 et donc je trouve que parler d'une agression» de l'Ukraine par la Russie «n'est pas vraiment approprié», juge dans la foule Sebastian, 25 ans.

À Hanovre, où les protestataires proruses ont organisé un convoi en voitures en file indienne sous étroite surveillance policière, une contre-manifestation a rassemblé 3 500 personnes sous le slogan «Soutenir l'Ukraine»!», selon la police.

La veille à Lübeck, la police avait fini par stopper un convoi similaire d'une soixantaine de véhicules en raison «d'infractions à la législation», en particulier «le soutien affiché à la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine ainsi que l'utilisation de symboles interdits», a indiqué la police locale.

Les autorités allemandes craignent une importation du conflit russo-ukrainien sur le territoire de l'Allemagne.

L'Allemagne compte 1,2 million de personnes originaires, elles ou leurs familles, de Russie et 325 000 d'Ukraine auxquelles s'ajoute l'arrivée depuis un mois de plus de 316 000 réfugiés ukrainiens.

La multiplication de manifestations dénonçant la «russophobie» qui aurait gagné l'Allemagne a provoqué un vif débat dans le pays, car les autorités y voient un danger d'instrumentalisation et de propagande pour les thèses défendues par Moscou dans la guerre.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, la police a répertorié 383 délits anti-russes et 181 délits anti-ukrainiens.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.