/finance/realestate

Recul de 17 % des ventes résidentielles au Québec

GEN-STOCKQMI

Joël Lemay / Agence QMI

Les ventes de propriétés résidentielles au Québec ont reculé de 17 % au Québec au premier trimestre 2022, comparativement à la même période en 2021, selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

L’APCIQ a comptabilisé 25 845 transactions sur l’ensemble de la province pour les trois premiers mois de l’année. Même si ce ralentissement est «notable», le nombre de ventes demeure toutefois plus élevé que la moyenne historique des premiers trimestres avant la pandémie, qui se situait plus près de 20 000 transactions, a noté l’organisme.Selon les données de l’APCIQ, toutes les régions métropolitaines ont connu un recul des ventes au premier trimestre de 2022. Le ralentissement a été plus important dans les RMR du sud de la province, telles que Sherbrooke (-22 %), Montréal (-16 %), et Gatineau (-15 %). Les replis ont été plus modérés à Québec (-13 %), Trois-Rivières (-11 %) et Saguenay (-6 %).

«Les acheteurs ont encore été très actifs sur le marché au premier trimestre de 2022, anticipant la hausse des taux d’intérêt et magasinant “tous azimuts”, avec une préapprobation bancaire et un taux hypothécaire réservé en poche», a commenté Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché.

«Ce regain de demandes a contribué à faire chuter davantage les inscriptions en vigueur. Il en résulte une baisse généralisée et tendancielle du niveau de transactions et un regain de pression élevée sur les prix», a-t-il ajouté.

Inscriptions en baisse et prix à la hausse  

Le nombre d’inscriptions s’est établi à 21 563 à l’échelle du Québec au premier trimestre de 2022, soit une diminution de 21 % comparée à la même période en 2021. Il s’agit d’un nouveau record à l’échelle provinciale et du douzième trimestre de repli consécutif des inscriptions, selon l’APCIQ.

Dans la RMR de Montréal, les ventes résidentielles ont diminué de 16 %, tandis que le nombre d’inscriptions a diminué (9759, -13 %). Les plex ont connu un léger regain (+1 %) alors que les inscriptions d’unifamiliales ont diminué (-7 %), tout comme les copropriétés (-22 %). Les ventes résidentielles ont aussi diminué dans la RMR de Québec (-13 %) alors que les inscriptions ont diminué de 33 %.

À l’échelle de la province, le prix médian des unifamiliales s’est établi à 415 444 $, soit en hausse de 22 % comparé au premier trimestre de 2021. Celui des copropriétés s’est établi à 365 000 $ (+20 %), tandis que les immeubles de deux à cinq logements ont connu la progression la plus importante de leur prix médian par rapport au premier trimestre de 2021, atteignant 520 000 $ (+ 25 %).

Dans la RMR de Montréal, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 20 %, de 18 % pour les copropriétés et 14 % pour les plex. Même chose pour la RMR de Québec où les unifamiliales ont vu leur prix médian grimper de 13 %, les copropriétés de 12 % et les petites propriétés à revenus de 11 %.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.