/news/politics

Ayoye! Ayoye! Ayoye!

L’imprenable château fort du Parti québécois (PQ) n’est plus. Marie-Victorin a été ravie, hier, par la Coalition Avenir Québec (CAQ) et sa candidate Shirley Dorismond. 

• À lire aussi: Élection partielle dans Marie-Victorin: réactions après la victoire de la CAQ

• À lire aussi: Élections Marie-Victorin: défaite cruelle pour le PQ

Le PQ n’est pas le seul à encaisser le coup. Avec 6,9% des votes dans cette circonscription de la Rive-Sud de Montréal, le Parti libéral du Québec (PLQ) s’est fait laminer. «C’est épouvantable», clame Mario Dumont. 

«Ayoye! Ayoye! Ayoye! Dans Marie-Victorin, les anglophones et les allophones sont environ 12%. Normalement, le PLQ aurait dû aller chercher ces votes-là et un peu d’appuis francophones. Il n’aurait pas dû obtenir en bas de 10% des votes, ce qui est déjà très faible», juge notre chroniqueur politique. 

«Comment peut-il finir à 6-7%? Sincèrement, c’est épouvantable. Il y a une démobilisation. Même les gens qui auraient une préférence libérale ne se déplacent plus pour aller voter», ajoute Mario Dumont. 

Émilie Nollet, qui portait les couleurs libérales a même terminé 5e derrière Anne Casabonne du Parti conservateur du Québec (PCQ) qui a récolté 10,4% des suffrages. 

«On serait tenté de se demander comment le caucus libéral va réagir, mais la moitié des députés ne se représentent pas. Pour tous les libéraux du Québec, il y a un appel: ❝Réveillez-vous! Faites quelque chose!❞ Ça va très mal. Ce n’est pas la candidate [le problème], c’est le parti», tranche sans appel Mario Dumont. 

*** Voyez sa chronique dans la vidéo ci-haut

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.