/finance/homepage

Une entreprise estrienne donne une seconde vie aux vélos

Une entreprise d’économie sociale de Windsor, en Estrie, fait une différence socialement, mais aussi pour l’environnement en recyclant des vélos destinés aux écocentres pour leur redonner une seconde vie à moindre coût.

Action Sport Vélo est un organisme à but non lucratif, créé par le Carrefour Jeunesse Emploi de Johnson pour introduire de jeunes adultes sur le marché du travail.

«Tout est revendu à moindre coût donc c’est accessible vraiment à tout le monde. On en ramasse vraiment beaucoup. Ce sont environ 50 à 75 vélos chaque semaine», a expliqué la directrice des opérations, Nicole Caron.

«On leur apprend différentes facettes du métier. Ce n’est pas juste le métier de mécanicien de vélos, c’est tout ce qui entoure la gestion d’une entreprise», a affirmé le contremaitre-formateur à la boutique de Windsor, Jean-Marc Richer.

En plus de sa première boutique, l’entreprise en a ouvert une seconde à Valcourt et possède une usine-école à Acton Vale, qui s’occupe de trier les vélos à réparer et les pièces.

«On est vraiment comme le centre de tri. On est la place où on reçoit toute la matière première et nous, notre travail ici, c’est de sauver ce qui est sauvable et ce qui ne l’est pas, c’est de l’amener à la bonne place», a souligné Kevin Gagné, contremaitre-formateur à l’usine-école d’Acton Vale.

Les pièces irréparables sont envoyées dans des entreprises spécialisées, pour la fonte des métaux par exemple, ou le recyclage de caoutchouc. Action Sport Vélo est aussi une entreprise zéro-déchet. «Tout ce qui est ici, ça reste ici, ou ça retourne dans le recycle, il n’y a aucun déchet.»

Les employés sont encadrés par des mécaniciens et des psychoéducateurs pendant six mois, avant de quitter pour le marché du travail.

«On laisse le change dans le fond au côté plus humain, de dire, on veut leur donner des habilités pour que rendus à leur poste de travail, ça fasse que ça se passe bien avec leurs compères et leurs collègues», a avancé Kate Cloutier-Gélina, intervenante psychosociale à l’usine-école d’Acton Vale.

Depuis sa création en 2005, l’entreprise a sauvé plus de 25 000 vélos et en a revendu 3 800 remis à neuf. Plus de 750 000 livres d’acier et d’aluminium ainsi ont évité les sites d’enfouissement.

En tout, 320 jeunes ont pris part au projet depuis les débuts et 70 % d’entre eux ont réussi par la suite à se trouver un emploi ou à retourner aux études.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.