/news/coronavirus

«Ça va être difficile dans les urgences pour les deux prochaines semaines»

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, prévient, en mêlée de presse jeudi, que la situation sera «difficile» dans les urgences de la province au cours des deux prochaines semaines. 

• À lire aussi: Sixième vague: pas de mot d’ordre pour le long congé

• À lire aussi: «Comme si on avait besoin de ça»: la grippe s'invite dans la pandémie au Québec

• À lire aussi: «On a l’impression qu’on est dirigés par des gens qui sont terrorisés par l’opinion publique»

Cette situation est notamment due au nombre d’employés qui sont absents. 

«Moi, ce qui me préoccupe en ce moment, c’est qu’on a quand même 13 000 employés du réseau qui sont absents», dit-il. 

M. Dubé soutient toutefois que «jusqu’à maintenant, ça tient bien le fort». 

Le ministre invite cependant les Québécois à «ne pas prendre de risques inutiles» à l’approche du long congé de Pâques. 

Écoutez l'entrevue de Geneviève Pettersen avec Benoit Barbeau, virologue et professeur des sciences biologiques de l’UQAM, sur QUB radio:   

«Ce qui arrive en ce moment, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui sont, par exemple, dans les RPA qui vont venir dans les urgences et souvent, ces gens-là, si ils sont malades, on n’est pas capables de les retourner tout de suite, donc ça cause en plus un engorgement», explique-t-il. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.