/finance/realestate

Le prix des propriétés dans le Grand Montréal a augmenté plus que prévu

Joël Lemay / Agence QMI

Le prix médian des propriétés dans la région du Grand Montréal a atteint 571 400 $ au premier trimestre 2022, en hausse de 18,5% comparativement à la même période l’an dernier, selon une étude du courtier Royal LePage.

• À lire aussi: De plus en plus de Canadiens mettent leurs projets d’achat de maison sur pause

• À lire aussi: Quand l’achat d’une maison tourne au cauchemar

Durant la même période, le prix médian d’une maison unifamiliale détachée a grimpé de 19,8% d’une année sur l’autre pour atteindre 636 200 $, tandis que celui d’un condo a affiché une hausse de 17,7% pour atteindre 446 700 $.

Selon l’étude dévoilée mardi, il s’agit d’«une croissance plus robuste qu’anticipée des prix des maisons».

Royal LePage, qui a dû rehausser ses prévisions, prévoit que le prix des propriétés dans la région du Grand Montréal atteindra 599 200 $ au quatrième trimestre de 2022, soit une hausse de 12,5% comparativement à la fin de 2021.

Manque d’inventaire

«Les acheteurs n’ayant pas réussi à mettre la main sur un bien au cours des deux dernières années continuent d’aspirer à la propriété, et pendant ce temps, le comportement des consommateurs dans le processus d’achat de propriétés a été modifié [...]. Aujourd'hui, les vendeurs tentent d’acheter leur prochaine résidence avant la mise en marché de leur propriété actuelle, ce qui amplifie le manque d’inventaire et nourrit un cercle vicieux qui prendra du temps à se résorber», a commenté Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage, région du Québec.

De plus, les mises en chantier dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal ont accusé un recul de 44% d’une année sur l’autre pour les mois de janvier et février 2022.

Le nombre d’inscriptions en vigueur dans la région du Grand Montréal a aussi connu un repli de 13%, tous types de propriétés confondus, pour les mois de janvier et février.

L’étude montre également que l’engouement pour les propriétés en périphérie du centre de Montréal a continué de battre son plein au premier trimestre de 2022. Le prix médian d’une maison unifamiliale sur la Rive-Sud, la Rive-Nord et à Laval a grimpé respectivement de 23,6%, 23,5% et 23,3% d’une année sur l’autre.

«Le télétravail a transformé le marché immobilier ces deux dernières années, a rappelé M. St-Pierre. Cet étalement urbain a particulièrement favorisé les banlieues et les marchés récréatifs de la province, les acheteurs étant prêts à trouver une propriété beaucoup plus loin qu’avant pour accéder à la qualité de vie qu’ils recherchent.»

Il estime qu’à mesure que l’immigration retrouvera un rythme plus soutenu, «la demande immobilière pour les quartiers du centre de Montréal reprendra».

Au chapitre des ventes, les transactions de maisons unifamiliales dans la région du Grand Montréal ont reculé de 18,9% au premier trimestre de 2022 par rapport au premier trimestre de 2021, tandis que les ventes de copropriétés ont connu une baisse de 14,7% au cours de cette période.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.