/news/society

Urgences débordées : une urgentologue lance un cri du cœur

Derrière les hauts taux d’occupation des urgences de la province, il y a des médecins et des patients pour qui cette situation cause de graves conséquences. 

• À lire aussi: 3 raisons pour lesquelles les urgences débordent comme jamais

Pour la Dre Mélissa Ranger, urgentologue à l’Hôpital Charles-Le Moyne, il s’agit d’une situation «jamais vue». 

«Je dirais presque à certains moments et dans certaines urgences que ce sont des situations dangereuses pour les patients parce qu’il serait faux de dire qu’on est en mesure de prodiguer des soins de qualité aux patients quand on nage en plein tsunami», lance la médecin. 

Elle critique la façon dont le taux d’achalandage d’une urgence est calculée différemment selon les hôpitaux, faisant en sorte que les chiffres sont souvent biaisés. 

«L’inévitable va finir par se produire à l’occasion, parce qu’on ne peut pas être optimal dans ces conditions», croit la Dre Ranger. 

Elle tient toutefois à rassurer la population. Le personnel de la santé fait toujours de son mieux. 

Elle affirme toutefois être anxieuse de la manière dont la population du Québec est traitée lorsqu’elle se retrouve à l’urgence. 

*Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus*

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.