/finance/realestate

Secteur résidentiel: une hausse des prix qui tire à sa fin

Joël Lemay / Agence QMI

L’augmentation des taux hypothécaires devrait aider à stabiliser le marché immobilier du Québec d’ici la fin de l’année 2022, selon une économiste de Desjardins.

• À lire aussi: À quand une baisse des prix?

• À lire aussi: Au tour d'une conseillère financière d'abuser d'une cliente vulnérable

• À lire aussi: Oui, il y a une crise du logement

La pression sur les prix de l’immobilier devrait profiter d’une demande moins soutenue des acheteurs et d’une baisse du contexte de surenchère qui prédomine dans le marché actuel.

Une situation qui s’explique par la remontée des taux d’intérêt et hypothécaires, qui auront une influence sur le nombre de nouveaux acheteurs.

«Bien que les variations par rapport à l’an passé restent vives, celles observées d’un mois à l’autre semblent s’affaiblir [...], probablement un des premiers signes que la période d’effervescence tire à sa fin», a expliqué Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins.

Et la remontée des taux d’intérêt aura aussi une influence sur le nombre de mises en chantier. Si elles ont déjà reculé dans les centres urbains, la tendance se fait surtout ressentir dans les petites localités de la province qui avaient connu un plus grand intérêt lors de la pandémie.

Mais avant d’arriver à cette accalmie, le marché résidentiel va continuer de rester tendu en raison de la demande qui est encore forte avant une hausse plus importante des taux hypothécaires et le manque de propriétés à mettre sur le marché.

«Étant donné que 2022 a débuté en force, l’augmentation des prix devrait dépasser les 10 % encore cette année au Québec, et ce, même si une certaine stabilisation se manifeste en deuxième moitié d’année», a souligné Mme Bégin.

Ce retour à la réalité sera d’ailleurs plus difficile pour les secteurs plus touchés par la surenchère, comme Montréal ou l’Estrie.

Rappelons que les taux hypothécaires devraient approcher les 4 % d’ici la fin de l’année 2022 en raison de la montée des taux d’intérêt directeurs de la Banque du Canada.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.