/news/world

Espionnage russe: Hydro-Québec dans la mire de Moscou

Photo d'archives

Hydro-Québec est une cible de choix pour les ennemis de l’OTAN comme la Russie, car son réseau est interconnecté avec celui des Américains.  

• À lire aussi: Espionnage russe au Québec: une mystérieuse demeure à Saint-Colomban

«La pire chose qu’on pourrait faire, c’est de penser qu’on est à l’abri parce que le Québec n’intéresse pas les États délinquants», a déclaré le ministre de la Cybersécurité et du Numérique, Eric Caire, au cours de l’étude des crédits de son ministère cette semaine. 

«Faites juste imaginer si on attaquait Hydro Québec et qu’on réussissait à cesser la production d’électricité en plein mois de février dans le nord-est des États-Unis, pas juste au Québec, parce qu’on fournit de l’électricité aux Américains. Alors s’ils voulaient attaquer les Américains, on est une belle courroie de transmission», a-t-il expliqué.

Le ministre n’a pas dit que la société d’État faisait l’objet d’attaques concrètes et actuelles. Mais des inquiétudes sont exprimées dans de nombreuses communications récentes du Centre de la sécurité des télécommunications (CST). 

Les pirates déjà à l'oeuvre   

Fin mars, le Federal Bureau of Investigation (FBI) a aussi sonné l’alarme en indiquant que des pirates russes scannaient les systèmes informatiques des compagnies d’énergie et d’autres infrastructures critiques aux États-Unis. 

Il s’agit d’opérations de repérage et de positionnement en vue d’attaques futures, a expliqué le directeur adjoint du FBI, Bryan Vorndran, devant la Chambre des représentants. 

Dans la foulée, les États-Unis ont accusé quatre pirates russes, pour des attaques commises entre 2012 et 2018 contre des centaines d’entités du secteur de l’énergie dans le monde. 

Outre Hydro-Québec, le Québec héberge des organisations internationales, dont l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), et des exploitants de ressources naturelles stratégiques, qui sont aussi des cibles de choix pour les pirates. 

L’aluminerie Alouette à Sept-Îles a d’ailleurs été visée au début du conflit avec l’Ukraine. 

«L’aluminerie Alouette a été victime d’une cyberattaque par une organisation russe. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle a été soutenue par le gouvernement russe, mais ce n’est pas impossible», a déclaré le ministre Caire. 

– Avec Marie Christine Trottier

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.