/news/politics

Québec ne sait pas s’il manque des médecins de famille, dit Christian Dubé

Joël Lemay / Agence QMI

Le gouvernement du Québec n’a pas de données permettant de savoir s’il manque des médecins de famille dans la province, a déclaré le ministre de la Santé Christian Dubé qui défend son projet de loi 11 visant à obtenir des données pour évaluer l’accès aux médecins de famille.

• À lire aussi: Québec s’entend avec les médecins pour renforcer la première ligne en santé

«Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles ça va fonctionner», a déclaré le ministre Dubé en entrevue avec Philippe-Vincent Foisy sur Qub radio lundi, concernant l’entente conclue entre Québec et les médecins omnipraticiens dimanche.

Cette entente de principe, signée avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), permet notamment au gouvernement d’aller de l’avant avec le projet de guichet d'accès à la première ligne en santé (GAP).

Le ministre, qui espère ainsi améliorer l’accès au système de santé pour les centaines de milliers de Québécois qui n’ont toujours pas de médecin, estime toutefois que cette entente est complémentaire au projet de loi 11 du gouvernement.

Ce projet de loi, qui va notamment forcer les médecins à divulguer leurs horaires dans le but d’«améliorer la gestion de l’offre», irrite la FMOQ qui estime qu’il s’agit d’un contrôle bureaucratique qui dévalorise la profession médicale.

«On a besoin des deux. [...] Il n’y aurait pas de pénalités pour les médecins, mais en même temps, j’ai besoin d’avoir l’information sur le nombre de médecins dans chacune des régions et combien de rendez-vous vont être donnés. C’est ça l’échange donnant-donnant», a défendu Christian Dubé.

«Ce n’est pas dans toutes les régions qu’il manque des médecins de famille [...]. On n’est pas capable de le savoir», a déclaré le ministre de la Santé, avouant que le gouvernement n’«a pas ces données-là».

Selon lui, l’entente conclue avec les médecins et le projet de loi 11 qui devrait être déposé au cours des prochaines semaines permettront de voir les endroits où il en manque et «d’envoyer les médecins au bon endroit».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.