/news/society

Les aînés ont besoin de «soins à l’échelle humaine»

Plus tôt aujourd’hui, la ministre responsable des Aînés des proches aidants, Marguerite Blais, annonçait un plan de 2,9 milliards $ sur cinq ans afin d’améliorer les conditions de vie des personnes vivant dans les CHSLD.  

Pour Régine Laurent, les soins à l’échelle humaine riment avec «gros bon sens».

«On veut arriver à des soins à l’échelle humaine pour nos personnes âgées qui sont hébergées», a-t-elle débuté. On a l’obligation de prendre le risque de faire ça autrement», continue Mme Laurent.

«Ce que ça veut dire, c’est d’être capable de moduler les soins de la personne hébergée et que les autres tournent au tour. En ce moment, tu arrives et l’institution décide pour toi; tu n’as pas un mot à dire. Tout le monde est cordé à la même heure», déplore-t-elle. 

Elle insiste en disant aux sceptiques «qu’il faut prendre le risque que ça marche», en soulignant que la volonté de bien faire est bel et bien présente. 

«Plus vite on fait ce virage vers des soins à échelle humaine, plus les personnes qui travaillent là aussi vont être mieux», propose Régine Laurent. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.