/news/law

Un mort comme alibi au procès de l'ex-pilote des stars

GEN - COMPARUTION DE NORMAND DUBÉ

Photo d'archives, Martin Alarie

La Couronne croit toujours que l'ex-pilote Normand Dubé a utilisé un «alibi de désespoir» en accusant un témoin, qui s’est suicidé au début de son procès, d’avoir saboté les lignes d’Hydro-Québec.

C'est ce qui est abordé dans le troisième épisode de la série balado Par pure vengeance du Bureau d'enquête et QUB radio. Plusieurs questions étaient restées en suspens après l’annonce du suicide du témoin Steve Garrett, qui avait eu l’effet d’une bombe au premier jour du procès de Normand Dubé.

L’ex-pilote des stars, qui a été condamné en 2018 pour des méfaits ayant coûté près de 30 millions $ à la société d’État, avait ainsi créé un «coup de théâtre» lorsqu’il avait témoigné pour sa défense.

Selon ce qu'a avancé l’accusé, Steve Garrett lui avait avoué avoir commis les méfaits dont la nature est toujours protégée au nom de la «sécurité nationale», le 4 décembre 2014. Ce sont ces confessions, disait Dubé, qui l'avaient poussé à prendre son avion et refaire le parcours tel que présenté dans la preuve, pour aller voir «ce que Garrett avait fait» le jour des pannes électriques.

Le lieutenant Martin Bouchard, qui dirigeait l’enquête policière, affirme que c'est devant la Cour qu'il a entendu cette version pour la première fois et qu'il n’en revenait pas.

«C’était sorti de nulle part. C’était inconcevable qu’il puisse mettre ce méfait sur le dos de Garrett parce qu’il s’était enlevé la vie», commente-t-il à la journaliste d’enquête Marie-Christine Noël dans l'épisode du balado.

Contradictions  

Le procureur de la Couronne Steve Baribeau dit n’avoir jamais été mis au courant d’une possible implication de Steve Garrett dans ces méfaits, et qu'il l'a appris en même temps que tout le monde, au premier jour de la défense de Dubé. L'avocate de l'accusé à l'époque, Maria Vivas, prétend cependant le contraire, sans toutefois jeter le blâme sur son collègue.

Le procureur ne pouvait non plus répondre quand la journaliste lui a demandé si M. Garrett avait volé durant cette journée. Il ne se souvenait pas si des vérifications avaient été faites. On sait toutefois aujourd'hui qu'aucun autre appareil que celui de M. Dubé n'est passé dans ce secteur ce jour-là.

Un prochain épisode du balado, qui se poursuit jusqu’au 7 juin, présentera le deuxième procès sur des incendies criminels pour lesquels Dubé a aussi été condamné. Il divulguera le rôle clé de Garrett comme témoin de la Couronne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.