/news/travel

Chaos annoncé dans les aéroports cet été?

Files d'attente interminables, avions bloqués sur les pistes voire vols annulés: le secteur aérien, ankylosé par deux ans de pandémie et confronté à une remontée en flèche de la demande, craint un funeste scénario estival.

Les vacances de printemps ont-elles été la répétition générale d'un chaos d'encore plus grande ampleur? Les témoignages se sont multipliés ces dernières semaines sur l'engorgement d'aéroports en Europe, qui comme l'Amérique du Nord et contrairement à l'Asie a annulé la plupart des restrictions de déplacement liées au COVID-19.

L'appétit de voyages réfréné pendant deux ans s'est enfin libéré. Eurocontrol a compté fin avril un nombre de vols équivalant à 83% du niveau de la même période de 2019, malgré la guerre en Ukraine, le choc pétrolier et l'inflation. Pour l'été, l'organisme de surveillance du trafic aérien européen prévoit jusqu'à 95% du niveau de 2019, tandis que les compagnies signalent des réservations massives.

Mais les aéroports ne semblent plus dimensionnés pour y faire face: la compagnie KLM a été obligée le week-end dernier d'annuler des dizaines de vols depuis et vers Amsterdam-Schiphol, submergé par une forte affluence et Lufthansa a dû renoncer à plus d'une centaine de vols autour de Pâques à l'aéroport de Francfort.

«Le défi dans l'immédiat est de gérer la hausse soudaine du trafic, étant donné que la pandémie a eu pour effet d'énormément réduire les ressources des aéroports et de la manutention au sol», a reconnu cette semaine Olivier Jankovec, le directeur général d'ACI Europe, principale association des aéroports européens.

Le trafic aérien mondial était tombé en 2020 à un tiers de celui de l'année précédente.

«Il s'agit maintenant de réembaucher, dans un marché du travail très tendu dans toute l'Europe», a ajouté M. Jankovec, en soulignant qu'«il était impossible d'effectuer des ajustements du jour au lendemain étant donné les processus d'accréditation de sécurité et les délais nécessaires à la formation», qui peuvent atteindre jusqu'à 16 semaines.

La veille, le porte-voix des compagnies aériennes mondiales, l'Iata, avait appelé à «traiter d'urgence» les causes de cette saturation afin d'«éviter de doucher l'enthousiasme des consommateurs pour les voyages aériens».

«Beaucoup de nos partenaires - aéroports, contrôle aérien, restauration - sont confrontés à de grandes pénuries de personnel», a abondé cette semaine le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, en prévenant que «beaucoup de ces problèmes ne seraient pas résolus d'ici l'été».

Des syndicats représentant des employés ou sous-traitants du Groupe ADP, gestionnaire des aéroports de Paris (Orly et Roissy), ont également mis en garde contre des risques d'engorgement, particulièrement aux contrôles de sécurité, alors que 4.000 postes sont à pourvoir sur ces plateformes et que les entreprises peinent à recruter.

Pénurie de la main-d’œuvre

À Francfort, le gestionnaire Fraport veut embaucher «jusqu'à 1.000 personnes cette année» face à une pénurie qui touche surtout les services au sol comme la manutention.

Le secteur tout entier subit des «difficultés opérationnelles», a résumé jeudi le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith.

«Aux États-Unis, il existe une énorme pénurie de pilotes qui force de nombreuses compagnies américaines à annuler des vols cet été (...) dans certains endroits, il n'y a pas du tout assez de policiers aux frontières ou de douaniers, ni d'agents de sécurité», a-t-il témoigné. Résultat selon lui: certains passagers doivent attendre une heure et demie dans leur avion avant de pouvoir débarquer.

Également à l'arrivée, le passage à la police aux frontières à Roissy, principal point d'entrée en France, crée de longues files d'attente, ce qui «est insupportable pour les passagers», a déclaré à l'AFP le PDG d'ADP.

«On se bat comme des lions pour cela», a assuré Augustin de Romanet, tout en reconnaissant que «le ministère de l'Intérieur avait de fortes contraintes» en matière d'effectifs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.