/news/world

Condamnée à 6 mois pour avoir percé les préservatifs de son amant

Une Allemande de 39 ans a été condamnée à une sentence de six mois pour avoir percé des trous dans les préservatifs de son amant dans l’espoir de tomber enceinte.

«Nous avons écrit l'histoire juridique ici aujourd'hui», a déclaré la juge Astrid Salewski au tribunal à propos du geste considéré comme une agression sexuelle dans plusieurs pays.

La pratique «furtive» appelée «stealthing» en anglais consiste à retirer le préservatif sans le consentement du partenaire sexuel. 

La femme condamnée était impliquée dans une relation de type «amis avec bénéfice» (friend with benefits) depuis 2021. Elle voyait son amant régulièrement pour des relations sexuelles. 

L’accusée a toutefois commencé à développer des sentiments plus profonds pour son partenaire, sentiments qui n’étaient pas partagés par son «ami» qui préférait une relation sans engagement.

Frustrée, elle a décidé de percer les condoms sans le consentement de l’homme. 

Elle n’est jamais tombée enceinte, mais elle lui a envoyé un message sur WhatsApp affirmant qu’elle l’était. Elle lui a aussi avoué qu’elle avait percé les contraceptifs, rapportent les grands médias allemands.

Son amant a porté plainte à la police qui a déposé des accusations. Elle a aussi avoué devant le tribunal avoir percé les préservatifs. 

Bien que les juges aient convenu qu'elle avait commis un crime, ils étaient indécis sur les accusations à porter contre elle en raison du manque de précédents historiques. 

Après avoir songé à une accusation de viol, les législateurs l'ont réduite à une agression sexuelle après avoir examiné les crimes liés au «stealthing».

La juge Salewski a estimé que si le crime est généralement commis par des hommes, la «disposition s'applique également dans le cas inverse».

«Les préservatifs ont été rendus inutilisables à l'insu de l'homme ou sans son consentement», a-t-elle déclaré. «’’Non’’ veut dire non ici aussi.»

La femme a été condamnée à une sentence suspendue de six mois de prison. Elle devrait respecter une probation et des conditions, à défaut de quoi elle sera incarcérée. 

Au Canada?  

En 2014, la Cour suprême du Canada avait statué que le fait de percer des préservatifs à l’insu de sa partenaire était une agression sexuelle. 

Quatre juges du plus haut tribunal du pays ont tranché que la partenaire sexuelle du coupable avait consenti à l’acte sexuel, mais que la tromperie commise par ce dernier avait altéré le consentement.

En Californie, l’action de retirer le condom à l’insu de son partenaire lors d’une relation sexuelle consentante a officiellement été interdite au début du mois d’octobre 2021. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.