/news/world/guerre-en-ukraine

Violations «vertigineuses» des droits de la personne en Ukraine

La Commissaire du Conseil de l’Europe pour les droits de l’homme, Dunja Mijatovic, a dénoncé samedi les violations «vertigineuses» des droits de la personne et du droit humanitaire international par l’armée russe en Ukraine, au terme d’une visite de quatre jours à Kyïv et sa région. 

• À lire aussi: Russie: dernière répétition avant la parade du 9 mai

• À lire aussi: EN DIRECT | 73e jour de guerre en Ukraine

«L’étendue et la gravité des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire qui ont eu lieu à la suite de l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine sont vertigineuses», s’est émue Mme Mijatovic dans un communiqué.

«Les noms de Boutcha, Borodianka, Irpin ou Andriivka en sont venus à symboliser les actes horribles qui ont été commis ici», a poursuivi la Commissaire dont la visite n’avait pas été annoncée pour des raisons de sécurité.

«Malheureusement, leurs habitants ne sont pas seuls dans leur souffrance. Il y a beaucoup plus de personnes à travers l’Ukraine qui ont subi des atrocités indicibles. Chacune d’entre elles mérite justice et ne doit pas être oubliée», a-t-elle ajouté.

«J’appelle les États à continuer de soutenir de toutes les manières possibles les efforts d’enquête et de poursuites et à les coordonner étroitement avec les autorités ukrainiennes, la société civile et la Cour pénale internationale», a déclaré Mme Mijatovic.

La commissaire s’est rendue dans plusieurs localités en dehors de Kyïv qui ont «toutes subi des tirs d’artillerie, de violents combats et la brutalité des forces russes», poursuit le communiqué.

Une «illustration douloureuse de l’ampleur de ces violations flagrantes des droits de l’homme et du droit humanitaire, avec des preuves de plus en plus nombreuses d’assassinats arbitraires, de tortures et de disparitions forcées à grande échelle», selon le communiqué du Conseil de l’Europe, vigie des droits de l’homme sur le continent. 

La Russie l’a quitté quelques jours après avoir attaqué son voisin ukrainien, alors qu’une majorité des 46 autres États membres s’apprêtait à l’exclure.

Mme Mijatovic a encore pointé «le ciblage délibéré par les forces russes de civils et de journalistes» ainsi que «les cas de plus en plus signalés de violences sexuelles par des soldats russes», les «informations faisant état de nombreuses personnes disparues» ou encore «la torture et les mauvais traitements infligés» notamment «aux fonctionnaires ukrainiens locaux».

«Même en temps de guerre, la vie humaine et les droits de l’homme doivent être protégés (...) Les civils et les infrastructures civiles ne doivent pas être ciblés. Les soldats capturés et ceux qui se rendent, les blessés et les malades, doivent tous être traités équitablement et humainement», a encore insisté Mme Mijatovic.

Lors de sa visite, la Commissaire a rencontré plusieurs officiels et politiques ukrainiens, de même que des défenseurs des droits de l’homme ou des membres d’ONG, selon le communiqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.