/news/society

Une chaleur «exceptionelle» débarque

Des amis ont profité du beau dimanche de la fête des Mères pour jouer au 
Spikeball, dimanche, au parc Optimiste à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de Montréal.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Des amis ont profité du beau dimanche de la fête des Mères pour jouer au Spikeball, dimanche, au parc Optimiste à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud de Montréal.

La première vague de chaleur de la saison s’abattra sur la majorité du Québec cette semaine, avec des températures atteignant même 30 degrés Celsius à certains endroits.

«Les Québécois vont recommencer à se plaindre de la chaleur après s’être plaints de la froideur pas plus tard qu’il y a quatre ou cinq jours», rigole le météorologue Gilles Brien. 

Gilles Brien. Météorologue

Chantal Poirier

Gilles Brien. Météorologue

Une séquence de chaleur «exceptionnelle» s’étendra à tout le sud de la province cette semaine. Vendredi, le mercure grimpera jusqu’à 30 °C à Montréal, alors qu’il n’y a fait 20 °C pour la première fois que le 1er mai. 

Québec, pour sa part, pourra profiter d’une température aux environs de 25 °C vers la fin de la semaine. 

Il faut remonter en août dernier pour retrouver une séquence du genre.

Pas de pluie à l’horizon 

«Tout le Québec est dans une bulle, un anticyclone très vaste qui le protège non seulement des dépressions de la côte est, mais aussi de celles de l’Ontario», précise M. Brien.

Cette vague de chaleur sera très sèche.

«Les agriculteurs attendent la pluie, mais il n’y a pas une goutte qui va tomber avant 10 jours», affirme M. Brien.

Feux de forêt 

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a notamment publié samedi une interdiction de feu à ciel ouvert valide dans une grande partie de la province. 

«On connaît une fin de semaine très occupée et les grandes chaleurs ne sont même pas commencées», se désole la porte-parole de la SOPFEU Mélanie Morin, qui précise que tous les incendies répertoriés étaient de causes humaines.

«Du temps ensoleillé, avec un peu de vent, pas de précipitations et un taux d’humidité relative très très bas, c’est la recette parfaite. S’il y a la moindre étincelle, ça va brûler», soutient-elle. 

D’ailleurs, un important incendie dans le bois du Golf de l’île Montréal, dans l’est de la métropole, a fait rage dimanche.

Changements climatiques 

Depuis quelques années, des canicules surviennent de plus en plus au mois de mai, remarque M. Brien.

«Le climat se réchauffe et la première place où on le voit, c’est en été. Les températures sont au-dessus des normales», précise-t-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.