/news/coronavirus

Plus d'un Québécois sur 4 contaminé en moins de 3 mois

Plus d'un adulte sur quatre, soit 27,8% des Québécois, a développé des anticorps de la COVID-19 entre la fin de l'année 2021 et la mi-mars 2022, indique une nouvelle étude réalisée par Héma-Québec.

• À lire aussi: COVID: nouvelles restrictions à Pékin, aux airs de ville fantôme

«Le variant Omicron s'est répandu rapidement et a submergé les capacités de dépistage des infections aiguës par le SRAS-CoV-2 à l'aide du test PCR au Québec et dans le reste du Canada», a expliqué le Dr Tim Evans, directeur administratif du Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 (GTIC).

Selon lui, il s’agit de la meilleure évaluation de toute l'ampleur de l'infection pendant la première vague d'Omicron.

Pour cette quatrième phase de l'étude sur la séroprévalence des donneurs de sang, les analyses ont été effectuées à l'aide d'un test permettant d'identifier les anticorps présents uniquement chez les personnes ayant été infectées récemment par le SRAS-CoV-2. 

Les chercheurs ont comparé le niveau d'anticorps, chez un même individu, sur deux échantillons espacés dans le temps.

Depuis le début de la pandémie, Héma-Québec soutient les autorités de santé publique en menant des études de séroprévalence chez les donneurs de sang ou de plasma. 

«Héma-Québec a un accès privilégié à des donneurs qui acceptent généreusement de participer à de telles études et chez qui des échantillons peuvent être aisément obtenus et analysés dans nos laboratoires», a précisé le Dr Marc Germain, vice-président Affaires médicales et innovation.

«Les études de séroprévalence se révèlent très utiles aux autorités de santé publique pour suivre l'évolution de la pandémie. Ces données sont également essentielles pour valider les modèles qui servent à prédire l'évolution de la pandémie», a affirmé Dr Gaston De Serres, médecin-chef à l'unité Immunisation de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Ces études sont réalisées à la demande et grâce au soutien financier du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec et du gouvernement canadien par le biais du (GTIC).

Baisse des réserves de sang  

Les activités quotidiennes de collecte de sang et de plasma encaissent les contrecoups de cette présence accrue de la COVID-19 dans la population, surtout depuis la fin mars.

 Héma-Québec peine à atteindre ses objectifs hebdomadaires, en raison des annulations de rendez-vous par des personnes atteintes de la COVID-19.

Les besoins restent cependant les mêmes: toutes les 80 secondes, une personne a besoin d'un don de sang au Québec et il faut 1000 dons par jour pour répondre aux besoins des centres hospitaliers.

Héma-Québec lance ainsi un appel pour atteindre le nombre de dons nécessaires. 

Héma-Québec invite toute personne à planifier un don dès maintenant par un rendez-vous sur le site web à hema-quebec.qc.ca ou au 1 800 343-7264 (SANG).

Les personnes qui passent devant un site de collecte ou un centre de don sont invitées à vérifier la possibilité de faire un don sur place. 

Héma-Québec demande également à toute personne ayant pris rendez-vous et n'étant pas en mesure de se présenter de ne pas oublier de l'annuler.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.