/news/law

Procès de Carl Girouard: début des délibérations lundi prochain

La fin du témoignage du psychiatre Sylvain Faucher a marqué une étape dans le procès du tueur de l’Halloween alors que la défense et la poursuite ont terminé de présenter leur preuve aux 11 jurés qui devraient commencer à délibérer lundi prochain a annoncé le juge.  

• À lire aussi: Procès de Carl Girouard: l’avocat de la défense soulève un «biais de confirmation»

• À lire aussi: Attaque de l’Halloween à Québec: une idée de tuer des gens qui ne lui est «pas tombée dessus»

• À lire aussi: Procès de Carl Girouard: l’expert de la défense avait une idée préconçue du dossier, estime la Couronne

Au 14e jour d’audience de l’homme accusé d’avoir tué François Duchesne, 56 ans et Suzanne Clermont, 61 ans, l’avocat de la défense a terminé de contre-interroger le psychiatre présenté par la Couronne. Me Pierre Gagnon est revenu sur la conclusion du Dr Faucher qui estime que Carl Girouard était animé par un «fantasme malveillant» motivé par une vengeance contre la société qui l’avait rejeté en raison de ses différences. 

Pour le Dr Faucher, l’accusé de 26 ans ne pouvait pas être dans un délire psychotique au moment de son parcours meurtrier puisqu’il a lui-même réalisé en cour de «mission» que celle-ci ne faisait pas de sens. «Comment il a pu lui-même corriger son délire ?», a lancé le Dr Faucher pour écarter l’hypothèse de la psychose.  

Selon l’expert, même si l’accusé a pu avoir un «fléchissement» dans ses convictions au moment des attaques, il aurait dû y avoir des exemples de «retour au délire» dans les heures ou jours suivant les faits. Or, le délire «est disparu sans aucune intervention extérieure comme un antipsychotique», a fait valoir le Dr Faucher.  

Ramenant sur le tapis que le Dr Faucher s’était trompé dans un dossier en 2008 lors d’une évaluation sur l’aptitude à comparaître, Me Gagnon a reproché au psychiatre d’avoir des conclusions qui pouvaient s’éloigner des consensus. «Vous vous trouvez une explication autre que ce qui se trouve dans les livres officiels de la psychologie», a lancé l’avocat de la défense.  

Preuve close

Au terme de ce contre-interrogatoire, la couronne a déclaré sa contre-épreuve visant à contrer la défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, close. Le juge Richard Grenier a permis aux parties un ajournement jusqu’à mercredi pour leur permettre de préparer leurs plaidoiries qui devraient prendre chacun une demi-journée.  

Afin d’éviter de séquestrer le jury pendant la fin de semaine, le juge a annoncé qu’il allait commencer ses directives prédélibérations jeudi après quoi il allait prendre une pause jusqu’à lundi. Le juge Grenier a rappelé que le procès se déroule dans les délais prévus tout en ajoutant «il fait très beau», en parlant de la météo des prochains jours.  

Ainsi, le juge terminera ses directives au jury lundi prochain. Le jury sera ensuite séquestré jusqu’à ce qu’il en vienne à un verdict unanime.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.