/news/politics

La popularité de Trump jaugée à l'aune de primaires locales

Les électeurs républicains votent mardi dans deux États américains pour sélectionner leurs candidats pour les échéances électorales de novembre, un processus qui devrait à nouveau donner une idée de l'influence réelle de Donald Trump sur le parti conservateur.

• À lire aussi: Elon Musk dit vouloir lever le bannissement de Trump de Twitter

• À lire aussi: L'espoir d'un revirement sur l'avortement galvanise les trumpistes

• À lire aussi: «L'inflation est ma plus grande priorité nationale», assure Biden

Le Nebraska et la Virginie-Occidentale, ces deux États peu urbanisés, penchent franchement du côté républicain et les candidats sortis gagnants de ces primaires auront toutes les chances d'être élus à l'automne.

Et donc de fortifier le soutien dont bénéficie déjà Donald Trump au Congrès ou dans les exécutifs locaux, lui qui aura besoin de compter ses forces s'il veut repartir à la conquête de la Maison-Blanche en 2024.

Dans le Nebraska, Donald Trump est officiellement derrière la candidature de Charles Herbster, un sexagénaire ayant fait fortune dans l'élevage. L'homme, qui brigue le poste de gouverneur, a été accusé d'agressions sexuelles par huit femmes, dont une élue locale, des accusations qu'il nie en bloc.

Face à lui se présente Jim Pillen, un haut responsable universitaire conservateur qui bénéficie du soutien de l'actuel gouverneur Pete Ricketts, lui-même privé de la possibilité de se représenter après avoir cumulé deux mandats.

En Virginie-Occidentale, où se tient mardi une primaire résultant d'un redécoupage électoral, l'ancien président républicain a décidé de soutenir le représentant Alex Mooney contre un autre représentant républicain, David McKinley. Là aussi, le choix de Donald Trump n'est pas du goût du gouverneur de l'État, Jim Justice, qui a offert son appui à M. McKinley.

Ce dernier a irrité l'ancien président en votant le grand programme de rénovation des infrastructures voulu par Joe Biden et en soutenant la création d'une commission d'enquête sur l'assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

Au total, une dizaine d'États américains organisent en mai des primaires pour déterminer quel sera leur candidat républicain pour les «midterms», les élections législatives de mi-mandat.

Donald Trump a déjà engrangé une victoire en Ohio, avec la victoire de J.D. Vance, qui n'était à l'origine pas son poulain, mais a eu le flair de solliciter et obtenir l'appui du milliardaire reconverti dans la politique.

Si le septuagénaire transforme l'essai dans le Nebraska et en Virginie-Occidentale, la thèse de sa mainmise sur le parti d'Abraham Lincoln sera renforcée. Si ses candidats échouent, d'autres républicains pourraient réfléchir à deux fois avant de solliciter l'onction de l'ancien maître de la Maison-Blanche.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.