/finance/homepage

Les États-Unis veulent débloquer 40 milliards de dollars supplémentaires pour l’Ukraine

Le Congrès américain va franchir mardi une première étape vers le déblocage d’une nouvelle enveloppe faramineuse de près de 40 milliards de dollars pour l’Ukraine, suivant Joe Biden dans son soutien indéfectible à Kyïv. 

• À lire aussi: EN DIRECT | 76e journée de la guerre en Ukraine

• À lire aussi: «L'inflation est ma plus grande priorité nationale», assure Biden

• À lire aussi: Poutine n'a pas l'intention de s'arrêter au Donbass

«Avec ce programme d’aide, l’Amérique envoie au monde entier le signal de notre détermination inébranlable à soutenir le peuple courageux d’Ukraine jusqu’à la victoire» contre Moscou, a souligné la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, dans une lettre aux élus.

Au sein de cette grande enveloppe: 6 milliards de dollars qui doivent permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés, renforcer sa défense antiaérienne à l’heure où les combats font toujours rage dans l’est et le sud du pays.

Près de 9 milliards de dollars sont également prévus pour assurer entre autres «la continuité des institutions démocratiques ukrainiennes», ainsi qu’un large volet humanitaire.

«Poutine le cruel» 

Le président américain Joe Biden réclamait depuis plusieurs semaines une énorme rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour l’Ukraine.

Mais, lundi soir, chefs démocrates et républicains se sont mis d’accord pour aller encore plus loin, trouvant un compromis autour d’une enveloppe de 40 milliards de dollars, l’équivalent du PIB du Cameroun en 2020.

Les élus de la Chambre des représentants devraient sauf grande surprise donner leur assentiment à ce budget dès mardi soir, avant un vote au Sénat en fin de semaine ou en début de semaine prochaine.

«Adopter rapidement ce financement d’urgence est essentiel pour aider le peuple ukrainien dans sa lutte contre Poutine le cruel», a insisté le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer mardi.

Il a estimé que les États-Unis avaient une «obligation morale» de se tenir aux côtés «de nos amis en Ukraine».

Fait rare dans un Congrès si habitué aux querelles politiques: ces mesures bénéficient d’un très large soutien transpartisan.

Dans un communiqué lundi, le président américain a exhorté le Congrès à voter «immédiatement» sur ces financements.

Il y a, selon l’exécutif américain, urgence.

La cheffe du renseignement américain Avril Haines a prévenu mardi que Vladimir Poutine, qui se prépare à un conflit prolongé en Ukraine, comptait sur un essoufflement du soutien occidental à Kyïv.

Le président russe «compte probablement sur un affaiblissement de la détermination des États-Unis et de l’Union européenne, lorsque les pénuries de biens alimentaires et la hausse des prix de l’énergie vont s’aggraver», a-t-elle alerté.

Or, selon Joe Biden, les ressources fournies par les États-Unis pour venir en aide à l’Ukraine doivent s’assécher d’ici dix jours.

Hélicoptères, drones  

«Nous ne pouvons pas laisser nos distributions d’aide s’arrêter dans l’attente d’une décision du Congrès», a souligné le président américain qui fait régulièrement part de sa volonté de mener le grand combat des démocraties contre les régimes autoritaires.

Près de 9 milliards de dollars de ces fonds doivent aussi permettre aux Américains de regarnir leurs propres stocks d’armement.

Allié traditionnel des présidents américains en matière de politique étrangère, le Congrès avait déjà débloqué près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne mi-mars, après avoir entendu le président ukrainien Volodymyr Zelensky comparer le conflit dans son pays aux heures les plus sombres de l’histoire américaine, Pearl Harbor, les attentats du 11-Septembre...

Deux ténors du Sénat, le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Blumenthal, ont franchi une étape supplémentaire mardi dans la riposte contre Moscou, dévoilant une résolution qui exhorte le chef de la diplomatie américaine à inscrire la Russie sur la liste noire américaine des «États soutenant le terrorisme».

Quatre pays aujourd’hui figurent sur cette liste: Cuba, l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.