/news/society

Les locataires d'un bâtiment en piètre état veulent y rester

La Régie du bâtiment (RBQ) et la mairesse de Sherbrooke sont d'accord: les 25 locataires de l'Hôtel Albert doivent être évacués rapidement de leur logis, qui n'est plus en état d'héberger quiconque. 

• À lire aussi: Sherbrooke: Les 25 résidents de l'hôtel Albert forcés d’évacuer

Les trous dans les murs, les escaliers mal en point et les avertisseurs de fumée déconnectés ne sont que quelques exemples des défauts qu'abrite le logement. Les systèmes de chauffage et d'électricité ne sont pas non plus totalement fonctionnels.

Pourtant, les locataires s'y sentent en sécurité. «J'ai un grand sentiment d'appartenance», a dit une des locataires à un journaliste de LCN. 

Rock Bergeron, un autre des locataires du bâtiment en piètre état, aime l'ambiance de «gang» qui y règne. «J'aime ça dans une commune comme ça, j'aime ça quand on est toute une gang», a-t-il souligné. 

Les locataires de l'hôtel Albert paient 250$ pour leur petit chez soi. D'ailleurs, les logements vacants à prix modiques sont chose rare dans la ville de Sherbrooke. 

Joint au téléphone par TVA Nouvelles mardi après-midi, le propriétaire de l'immeuble, Lionel Cuggia, s'est défendu de ne pas collaborer: «Ce n'est pas vrai que je ne fais rien. On travaille constamment pour mettre l'immeuble aux normes. Quand on installe des avertisseurs de fumée, des extincteurs ou des portes coupe-feu par exemple, ça dure quelques jours et ça se fait briser. Même chose pour les trous dans les murs. Ce n'est pas une clientèle facile, mais je fais tout mon possible pour les aider.»

Une cellule de crise réunissant quelques organisations comme la Ville de Sherbrooke et le CIUSSS de l'Estrie a été mise en place pour soutenir les locataires et tenter de leur trouver un nouvel endroit où demeurer. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.