/finance/homepage

Prix de l’essence: la barre des 2,00$ passée presque partout au Québec

Après Montréal, Québec, Rimouski et Sherbrooke, le Centre-du-Québec a passé le cap des 2,00$/litre mardi avant-midi.

• À lire aussi: Des vacances à la maison en raison du prix de l'essence

• À lire aussi: Transport en vrac: les camionneurs ont manifesté à travers tout le Québec

• À lire aussi: Tondre le gazon coûtera 30% plus cher

À Drummondville, plusieurs stations-service affichaient leurs prix à la pompe à 2,05$/litre, un sommet jamais atteint. La pression était forte, alors que plusieurs autres villes du Québec avaient déjà établi leurs prix au-delà des deux dollars. Ce n’était plus qu’une question de temps, comme le répètent plusieurs experts.

«Quand est-ce que ça va arrêter ? [...] Je me demande comment vont faire les familles», a dit un automobiliste ce matin, totalement découragé des hausses répétées.

«L’essence est la principale dépense de mon entreprise présentement, ça fait mal», a mentionné un travailleur autonome œuvrant dans le domaine de la livraison.Et cette hausse pourrait très bien se poursuivre dans les prochaines semaines, notamment avec l’arrivée de l’été et la demande qui est beaucoup plus grande dans cette période de l’année. Les prix pourraient atteindre 2,20$/litre, comme le mentionne le président du regroupement Canadians for Affordable Energy, Dan McTeague.

« Il y a une chose qui pourrait empêcher cette augmentation avant le long week-end au mois de mai et ce serait une crise ou une récession.»

Des chauffeurs de taxi épuisés

Le tarif d'une course en taxi n'a pas augmenté depuis 2018, mais le prix de l'essence, lui, a bondi de 51% en un an... et ça, c'est sans compter l'entretien et les assurances. Plusieurs n’en peuvent tout simplement plus.

De plus, ce n’est pas que l’essence ordinaire qui subit ces hausses. Dans plusieurs régions, le prix du diesel atteint 2,55$ voire 2,60$/litre, une situation insoutenable pour les camionneurs.

Les transporteurs ont d’ailleurs manifesté lundi afin de réclamer une compensation pour la hausse vertigineuse du prix du carburant. Les oppositions ont continué de mettre la pression sur le gouvernement à l’Assemblée nationale mardi.

L’opposition réagit

À l’Assemblée nationale, les pressions envers le gouvernement ont circulé toute la journée. « Ce n’est pas à ces travailleurs de récolter la facture », explique le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

«Ce n’est pas une aide hors de proportion. C’est simplement injuste pour cette catégorie de camionneurs», a rappelé le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon.

Au Parti libéral, la cheffe réclame des solutions. «Le gouvernement à la responsabilité de trouver des solutions», a soutenu la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.