/regional/sherbrooke

100 logements sociaux vides en pleine crise

En pleine crise du logement, il y aurait actuellement une centaine de logements sociaux vides à l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke, faute de personnel pour les entretenir.

• À lire aussi: Les locataires d'un bâtiment en piètre état veulent y rester

• À lire aussi: Sherbrooke: Les 25 résidents de l'hôtel Albert forcés d’évacuer

C’est ce qu’a dénoncé mercredi matin la députée de Sherbrooke, Christine Labrie, au salon bleu durant la période de questions.

«On a une centaine de logements sociaux vacants à Sherbrooke parce qu’on n’est pas capables de les entretenir. Moi, je refuse d’accepter ça. Six personnes pour entretenir 1700 logements, pensez-vous que c’est raisonnable? Ils ne sont même pas capables d’avoir un électricien ou un plombier dans leur équipe avec le montant qu’ils reçoivent en financement», a déploré la députée de Québec solidaire.

Mme Labrie réclame une aide financière d’urgence ainsi qu’un rehaussement du financement de la masse salariale des OMH pour l’entretien.

En réponse à la question de sa collègue, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, n’a pas abordé le dossier du manque de personnel.

Cependant, elle a répondu qu’un rehaussement du financement a été effectué récemment. «Quand vous dites que les OMH n’ont pas les moyens, on vient d’investir 150 millions $ pour ajuster les coûts de matériaux de construction dans tous les projets des offices d’habitation», a rappelé la ministre.

Il y a actuellement 1300 ménages sur une liste d’attente pour avoir accès à un logement social à Sherbrooke. «Non seulement l’intervention de Mme Labrie correspond à la réalité, mais elle exprime un besoin que nous avons», commente le président de l’OMH de Sherbrooke, Raïs Kibonge.

Ce dernier indique qu’habituellement 60 à 70 logements par année sont à rénover. Cette année, c’est un total de 102 qui se trouvent dans cette situation.

«Nous avons une petite équipe et c’est clair que si on avait du financement pour embaucher plus d’ouvriers, on pourrait accélérer le rythme et rendre accessibles plus de logements au premier juillet», assure-t-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.