/news/society

Des amateurs de véhicules récréatifs doivent prendre leur mal en patience

Les problèmes d'approvisionnement nuisent aux amateurs de véhicules récréatifs (VR) et certains doivent modifier leurs plans de vacances.

Sylvie-France Duchesne ignore si son véhicule récréatif restera dans son stationnement à L'Ancienne-Lorette cet été. 

«Les campings se remplissent vite et nous autres, on ne peut pas réserver. Et si tu réserves, tu ne peux pas annuler», dit-elle. 

Elle a acheté son VR au mois d’août l’an dernier. Depuis, il y a eu des infiltrations d’eau. Le problème est maintenant réparé, mais il est impossible pour le concessionnaire de trouver les pièces pour fermer le plafond. À l’intérieur, au-dessus du lit, il n’y a donc pas d’isolant et de panneaux. 

«On a acheté neuf pour ne pas avoir de problème. On l’a payé 25 000 $», ajoute-t-elle. 

Au Garage du Campeur, les clients sont nombreux avec le beau temps. Charles Gosselin a réservé tôt. «J’ai pris rendez-vous, je me doutais qu’il allait y avoir pas mal de gens qui voudraient faire comme moi», dit-il. 

Plusieurs espèrent avoir un véhicule prêt à temps pour les vacances. Par contre, certains trouvent difficilement les pièces manquantes pour partir en toute sécurité. Dans la boutique, le téléphone ne cesse de sonner. Le gérant aux pièces, Alexandre Louet, doit parfois avertir les clients qu’ils devront patienter plusieurs mois. 

«C’est surtout certains items qui sont difficiles à avoir. Certains sont «back order» depuis le mois d’août l’année dernière», avance-t-il. 

La principale problématique est au niveau de la chaîne d’approvisionnement. La congestion mondiale dans les ports des conteneurs ou encore la flambée du prix de l’essence créent des retards considérables.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.