/news/coronavirus

«La situation épidémiologique va vraiment dans le bon sens»

Le directeur national de santé publique par intérim, Dr Luc Boileau, se réjouit de l'amélioration de la situation de la COVID-19 au Québec.

• À lire aussi: La fin du masque dès le 14 mai, sauf exceptions

• À lire aussi: Pourquoi peut-on retirer le masque cette fois-ci?

• À lire aussi: Qui devrait recevoir la 4e dose actuellement?

«La situation épidémiologique va vraiment dans le bon sens», a-t-il dit en point de presse, mercredi. 

Devant cette baisse observée des décès, des hospitalisations et des absences chez les travailleurs de la santé, le Dr Boileau a aussi annoncé que la santé publique réduira la fréquence de ses points de presse, qui se tenaient jusqu'à maintenant de façon hebdomadaire. 

Doses de rappel   

Le Dr Boileau tient à préciser à qui s’adressent les deux doses de rappel de vaccin contre la COVID-19 présentement offertes aux Québécois. 

La première dose de rappel, aussi appelée 3e dose, est recommandée pour les personnes de plus de 18 ans. 

«Elle est également recommandée pour les femmes enceintes, et bien sûr pour les travailleurs de la santé de tout âge. Cette dose est également recommandée aux adolescents de 12 à 17 ans qui sont considérés à risques élevés de complications s’ils ont la COVID ou qui vivent dans des milieux collectifs fermés», affirme le Dr Boileau. 

Ce dernier soutient que tous les adolescents de 12 à 17 ans peuvent recevoir la 3e dose s’ils le désirent, mais que celle-ci est particulièrement recommandée pour ces groupes «qui ont ces situations de vulnérabilité».

La deuxième dose de rappel, communément appelée 4e dose, est quant à elle recommandée aux Québécois vivant en CHSLD, en résidence privée pour aînés (RPA) et aux personnes «qui vivent dans d’autres milieux comportant une proportion élevée de personnes aînées ou vulnérables, comme certaines ressources intermédiaires ou des ressources de type familiales». 

La recommandation vise aussi les personnes immunodéprimées ou dialysées de 12 ans et plus et les personnes vulnérables qui se trouvent dans des communautés éloignées. 

Bien qu’aucune recommandation ne les vise, les 18 ans et plus peuvent tout de même recevoir la 4e dose si elles le désirent, ajoute le Dr Boileau. 

Écoutez Vincent Dessureault au micro de Mario Dumont sur QUB radio :

 

Fin du masque obligatoire  

Le directeur national de santé publique par intérim confirme également que la décision de mettre fin au port du masque obligatoire dans les lieux publics, sauf dans les transports en commun, les centres hospitaliers et les CHSLD, dès le 14 mai est maintenue. 

«Les décès, les hospitalisations, les absences des travailleurs de la santé, tous les indicateurs ne cessent de décroître. Ça montre qu’on avait raison d’amorcer graduellement un retour à la normale», résume le Dr Boileau.

«On espère et on est assez convaincu que le retrait du port du masque pendant la fin de semaine n’affectera pas la courbe descendante que nous avons. On veut tout de même se donner le temps d’observer ça avant d’aller plus loin», ajoute-t-il.

- avec la collaboration de Félix Lacerte-Gauthier, Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.