/regional/montreal/montreal

États financiers de Montréal: des surplus liés à la situation pandémique

Joël Lemay / Agence QMI

La Ville de Montréal a engendré des surplus de 293 millions $, au terme de la dernière année financière, en raison principalement de la crise sanitaire. Malgré cet excédent, la dette continue de grimper.

«Le budget 2021 a été finalisé en octobre 2020, en plein milieu de la pandémie. Quand on a réfléchi le budget, on l’a réfléchi dans un contexte de pandémie. Donc on a été très serré dans les prévisions de dépenses, et conservateur dans les revenus», a expliqué Serge Lamontagne, directeur général de la Ville de Montréal. 

Selon la Ville, l’excédent s’explique par des revenus supplémentaires de 146 millions $, une diminution des charges de fonctionnement de 94 millions $ et des affectations de 52 millions $ provenant de surplus accumulés par le conseil municipal et des arrondissements. 

Le conseil d’agglomération affiche pour sa part un déficit de 66,6 millions $. 

«Une bonne partie de cette somme-là, environ 39 millions $, est due à la pandémie. Si on regarde le budget global de l’agglomération, qui est au-dessus de 3 milliards $, on se retrouve avec un déficit structurel de 27 millions $, ce qui est assez acquérable», a expliqué Dominique Ollivier, présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal. 

Au total, la Ville a enregistré des revenus de 6 036,5 millions $ au cours de la dernière année financière. Le total des charges de dépenses a pour sa part atteint la somme de 5 743,4 millions $. 

La dette grimpe 

Des surplus générés à la Ville, 100 millions $ seront réservés à la gestion de la dette. 

Celle-ci a augmenté de 296 millions $ dans la dernière année, pour atteindre un total de 6,6 milliards $. 

«On a des immobilisations, quand même, qui valent presque 13,7 milliards $. Si on fait le ratio, on est à 50 % d’endettement. Je pense que c’est un ratio raisonnable. C’est sûr qu’on vise toujours le paiement à 100 %, mais il faut penser que ces immobilisations-là servent aux générations futures», a pondéré Raoul Cyr, directeur des services comptables de la Ville. 

Variation des revenus et dépenses 

Au terme de ce bilan financier, la Ville a enregistré une augmentation de 146 millions $ de ses revenus. 

De cette somme, 161,3 millions $ provenaient notamment de l’imposition de droits de mutation immobilière et en licences et permis. Un montant de 81,3 millions $ provenait de transferts gouvernementaux. 

Toutefois, la Ville a vu une baisse de 58,9 millions $ sur les revenus provenant des contraventions. 

Les charges de fonctionnement ont également baissé de 94 millions $. 

Cela, malgré une augmentation de 102,3 millions $ des dépenses en salaire, dont près de la moitié (52,6 millions $) a servi à payer des heures supplémentaires en «sécurité».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.